En Amazonie

31 août 2019 16:52; Act: 31.08.2019 17:34 Print

Au Brésil, ce fermier «déboise pour survivre»

Au cœur de l'Amazonie brésilienne, Aurelio Andrade, un fermier de 65 ans délaissé par son gouvernement, doit défricher son terrain pour pouvoir s'en sortir.

Sur ce sujet
Une faute?

À l'heure où les incendies ravagent la forêt amazonienne, provoquant crise politico-diplomatique et émotion mondiale, Aurelio Andrade, lui, n'a d'autre choix que de déboiser sa terre. «Ici, on n'a pas d'aides du gouvernement fédéral ni de personne, seulement de Dieu. On abat donc les arbres pour planter de l'herbe dans le but de faire manger le bétail et de survivre», explique à l'AFP le fermier brésilien.

Située à 120 kilomètres de Porto Velho, capitale de l'Etat de Rondônia à proximité de la frontière bolivienne, sa maison en ciment est entourée d'un terrain qui a grandi au fil des années, au fur et à mesure qu'il faisait tomber les arbres. Grâce à cette pratique, il a pu élever des vaches, des poules, des cochons, des canards et des chevaux. «Il ne s'agit que de couper quelques arbres, attendre trois mois et planter des graines», explique-t-il.

Une pratique mal vue

Les défenseurs de l'environnement accusent les petits propriétaires comme lui de profiter du manque de contrôle de l'Etat pour agrandir leurs terres en grignotant la forêt. Mais Aurelio se défend: «Même si tu prends une zone désertique, tu dois défricher, brûler et te construire une maison pour vivre avec tes enfants. Car tu ne vas pas te faire une maison au creux d'un arbre, comme si tu étais un oiseau, non?»

Les flammes qui consument une partie de l'Amazonie et focalisent l'attention du monde entier ne semblent pas l'inquiéter. En revanche, l'incendie à quelques mètres de là, chez son voisin, l'empêche de dormir. «J'ai peur, confie-t-il. J'ai même demandé de l'aide (aux autorités, ndlr) pour voir si elles peuvent éteindre ce feu».

Le combat des terres

Vu du ciel, son terrain de quelques hectares, petit en comparaison des grandes exploitations d'agriculture intensive, s'arrête net au niveau de la ligne qui sépare la jungle des zones déboisées de couleur marron-rouge, de plus en plus vastes. Voilà 19 ans que ce fermier brésilien occupe ce terrain, qu'il considère comme n'appartenant «à personne». Aurelio espère que les autorités lui accorderont bientôt un titre de propriété.

Ce procédé pour s'approprier des terrains du domaine public, appelé «grillagem» en portugais, est la source de nombreux conflits entre communautés indigènes, ceux qui envahissent des terres et autorités plus ou moins présentes. Dans cette région coupée du monde aux airs de Far West, pas de forces de l'ordre, ni d'autre loi que celles qu'imposent les propriétaires terriens, les trafiquants de bois et les orpailleurs.

(L'essentiel/lhu/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nico le 31.08.2019 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce type essaie de cultiver à l'Européenne en Amazonie. Grave erreur avec tout le CO2 que produisent les animaux sans compter l'abattage de la forêt. Les indigènes autrefois avaient le mérite de vivre en symbiose avec leur environnement, ce que l'homme dit moderne est incapable de faire.

  • Duchesse de Montmirail le 01.09.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La retraite n’existe que dans les pays riches et seulement si tu as cotisé

  • DOUDOU le 31.08.2019 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    A 65 ans.....Qu'il prenne sa retraite.

Les derniers commentaires

  • Duchesse de Montmirail le 01.09.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La retraite n’existe que dans les pays riches et seulement si tu as cotisé

  • DOUDOU le 31.08.2019 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    A 65 ans.....Qu'il prenne sa retraite.

  • Nico le 31.08.2019 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce type essaie de cultiver à l'Européenne en Amazonie. Grave erreur avec tout le CO2 que produisent les animaux sans compter l'abattage de la forêt. Les indigènes autrefois avaient le mérite de vivre en symbiose avec leur environnement, ce que l'homme dit moderne est incapable de faire.