A la suite d'un incendie

08 septembre 2021 07:20; Act: 08.09.2021 12:38 Print

Au moins 41 morts dans une prison indonésienne

Le feu s’est déclenché tôt le matin mercredi dans la prison de Tangerang, une ville située près de Jakarta, certainement à cause d’un problème électrique.

storybild

Les victimes grièvement blessées ont été évacuées vers les hôpitaux de la ville de Tangerang. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un incendie qui s’est déclenché au milieu de la nuit dans une prison indonésienne surpeuplée de la région de Jakarta a fait au moins 41 morts et plusieurs dizaines de blessés, a annoncé la police mercredi. Le feu s’est déclenché tôt le matin mercredi dans une prison de Tangerang, ville à l’Ouest de la capitale indonésienne.

«Quarante et un détenus sont morts, huit sont gravement blessés et 72 ont des blessures plus légères», a déclaré le chef de la police de Jakarta, Fadil Imran, à des journalistes. Des images de télévision ont montré des pompiers aux prises avec les flammes qui ont ravagé l’un des bâtiment de la prison, d’où se dégageait un épais nuage de fumée.

Les pompiers ont pu venir à bout de l’incendie qui a touché l’un des bâtiments de la prison, hébergeant surtout des condamnés pour trafic ou consommation de drogues, vers 03h00 locales (22h00 en Suisse, mardi). Les victimes grièvement blessées ont été évacuées vers les hôpitaux de la ville de Tangerang, dans la conurbation de Jakarta, et ceux présentant des blessures plus légères dans une clinique des alentours.

Problème électrique

Les autorités recherchent encore les causes de l’incendie mais suspectent un problème électrique. «J’ai inspecté le lieu de l’incendie, et sur la base des premières observations le feu aurait pris à cause d’un court-circuit», a indiqué le responsable de la police. La prison de Tangerang hébergeait deux fois et demi plus de détenus que prévu - plus de 2000 au lieu de 600 - selon les données du site du département des prisons. Le bâtiment qui a pris feu était aussi largement surpeuplé, a reconnu la porte-parole du directoire général des prisons Rika Aprianti. «La capacité maximale du bloc C était de 40 personnes mais il était utilisé pour 120 détenus», a-t-elle déclaré sur la chaîne Metro TV.

Les prisons indonésiennes présentent le plus souvent des conditions sanitaires difficiles et sont surpeuplées. Il est assez fréquent que les détenus s’en échappent ou se rebellent contre des conditions inhumaines. En 2019, au moins 100 prisonniers se sont échappés d’une prison de la province de Riau, sur l’île de Sumatra, après un incendie. Les incendies sont par ailleurs fréquents dans l’archipel d’Asie du Sud-Est où les mesures de sécurités sont peu observées. Une trentaine de personnes avait trouvé la mort en 2019 dans l’explosion d’une fabrique d’allumettes après qu’un ouvrier a accidentellement laissé tombé un briquet sur une pile de boîtes prêtes à être livrées.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.