En Afghanistan

22 janvier 2019 09:08; Act: 22.01.2019 13:35 Print

Au moins 65 morts dans une attaque des talibans

Au moins 65 personnes ont été tuées dans une attaque revendiquée par les talibans contre une base du renseignement militaire, lundi, dans le centre de l'Afghanistan.

storybild

L'attaque contre une base du renseignement militaire lundi, dans le centre de l'Afghanistan, a été revendiquée par les talibans. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins 65 personnes ont été tuées dans une attaque revendiquée par les talibans contre une base du renseignement militaire lundi dans le centre de l'Afghanistan, a indiqué mardi à l'AFP un responsable provincial. «Nous avons sorti 65 corps des décombres», a déclaré Mohammad Sardar Bakhyari, adjoint du chef du conseil provincial de Wardak (centre). Une source sécuritaire de haut rang, qui souhaite rester anonyme, a pour sa part fait état d'«au moins 70 morts».

Un premier bilan des autorités provinciales avait fait état lundi de 12 morts et 20 blessés. D'autres médias en Afghanistan rapportent que plus de 100 personnes ont été tuées. Cette attaque a ciblé un camp de formation des services de renseignements, généralement réticents à communiquer sur ce genre de bilans.

Bâtiment effondré

Un véhicule de transport de troupes de l'armée afghane, un Humvee volé et «rempli d'explosifs», a d'abord détoné à l'entrée du centre de formation des services de renseignements à Maidan Shar, chef-lieu de la province de Wardak, à 50 kilomètres au sud de la capitale. «Puis trois hommes dans un véhicule qui suivait le Humvee sont entrés dans le camp», a détaillé Abdul Wahid Akbarzai, membre du Conseil provincial.

Un échange de tirs s'est engagé et les trois assaillants ont rapidement été tués mais la majorité des décès est survenue «lorsqu'un bâtiment s'est en partie effondré après la forte explosion», a indiqué le chef du Conseil provincial Akhtar Mohammad Tahiri, précisant que les assaillants portaient des uniformes des services de renseignements. «C'est une lourde perte» a concédé M. Tahiri.

«Les forces des services de renseignements sont beaucoup mieux équipées et préparées que la police et l'armée qui subissent de lourdes pertes». Les talibans avaient immédiatement revendiqué l'attaque via la messagerie WhatsApp.

(L'essentiel/afp)