En Syrie

30 décembre 2018 13:26; Act: 30.12.2018 13:54 Print

Bachar al-​​Assad, incroyable retour en grâce

Honni par une grande partie de la communauté internationale, Bachar al-Assad semble aujourd'hui plus que jamais proche d'un retour en force en Syrie.

storybild

Le président syrien «consolide chaque jour son pouvoir, diplomatiquement et militairement», selon des observateurs. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 19 décembre et à la surprise générale, le président Donald Trump annonçait le retrait prochain des forces américaines de Syrie, où elles aidaient les forces kurdes face au groupe jihadiste État islamique (EI). Les Kurdes ont alors appelé à l'aide l'armée syrienne face aux menaces d'une offensive de la Turquie voisine. «Le fait que les Kurdes cherchent une alliance avec le régime constitue un nouveau succès pour M. Assad», estime Mutlu Civiroglu, spécialiste de la politique kurde.

«La décision de retirer les forces américaines a envoyé un signal aux pays arabes comme quoi ils pouvaient discuter avec Assad selon leurs propres conditions», estime Nicholas Heras, analyste au Centre pour une Nouvelle sécurité américaine. Mis à l'écart de la scène diplomatique régionale, M. Assad semble bien bénéficier aujourd'hui d'un retour en grâce. Alors même qu'en 2012, l'ancien président américain Barack Obama affirmait que «les jours d'Assad étaient comptés» et les Occidentaux et leurs alliés arabes mettaient tout leur poids dans l'opposition au président syrien.

Réintégré à la Ligue arabe?

La guerre, qui s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et étrangères ainsi que de groupes jihadistes, a fait depuis mars 2011 plus de 360 000 morts, des millions de réfugiés et a morcelé la Syrie. Mais six ans plus tard et grâce à l'intervention militaire cruciale de l'allié russe depuis 2015, les forces de Bachar aidées également par l'Iran et le Hezbollah libanais, contrôlent près des deux-tiers du pays après en avoir chassé rebelles ou jihadistes. Et elles semblent bien parties pour reprendre le contrôle du tiers restant, dans le Nord sous domination de la minorité kurde qui a instauré une autonomie de facto dans plusieurs régions.

Le président syrien «consolide chaque jour son pouvoir, diplomatiquement et militairement», ajoute Mutlu Civiroglu. En décembre, les Emirats arabes unis ont rouvert leur ambassade à Damas, Bahreïn a fait état de la reprise du travail dans sa chancellerie et le Soudanais Omar el-Béchir a effectué la première visite à Damas d'un chef d'Etat arabe depuis 2011. Les Emirats et Bahreïn sont des proches alliés de l'Arabie saoudite qui fut l'un des principaux détracteurs de M. Assad et a soutenu la rébellion pendant des années.

La Syrie de M. Assad avait été suspendue de la Ligue arabe en novembre 2011, mais un diplomate arabe à Beyrouth évoque aujourd'hui une inédite «ouverture en direction de Damas». Une participation de la Syrie à un sommet économique de la Ligue arabe, les 19 et 20 janvier à Beyrouth, est en outre en cours de négociation, à trois mois du sommet annuel arabe. Pour M. Heras, «Assad, cherchera à capitaliser sur ses succès en 2018 en concluant des accords avec les pays arabes, surtout ceux du Golfe, pour démarrer la reconstruction de la Syrie», où le coût des destructions est estimé par l'ONU à quelque 400 milliards de dollars (quelque 350 milliards d'euros).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lestrollsrusses le 30.12.2018 15:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un allié fiable contre le terrorisme il faut l'admettre et pas seulement pour mon pays l'URSS/Russie mais pour tout le monde.

  • one direction le 30.12.2018 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lLes occidentaux aurait du comprendre Assad en 2011 il est mieux placé que tout le rest qui vient au pouvoir car Assad est un président tolérable pour les minorités Chrétiens en Syrie.

  • Grand Maître. le 30.12.2018 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et oui,mais certains pays s'entêtent à ne pas l'écouter et on voit le chaos des attentats en France. Il avait prédit ces retours de fanatiques chez nous maintenant et que nos gouvernements acceptent en masse ! !!

Les derniers commentaires

  • petitevoix le 31.12.2018 07:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Finalement prend sa responsabilité !!

  • Grand Maître. le 30.12.2018 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et oui,mais certains pays s'entêtent à ne pas l'écouter et on voit le chaos des attentats en France. Il avait prédit ces retours de fanatiques chez nous maintenant et que nos gouvernements acceptent en masse ! !!

  • Angelo51 le 30.12.2018 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand merci à la Russie qui n’a jamais dévié de sa ligne et a joué le long terme.

  • Lestrollsrusses le 30.12.2018 15:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un allié fiable contre le terrorisme il faut l'admettre et pas seulement pour mon pays l'URSS/Russie mais pour tout le monde.

  • one direction le 30.12.2018 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lLes occidentaux aurait du comprendre Assad en 2011 il est mieux placé que tout le rest qui vient au pouvoir car Assad est un président tolérable pour les minorités Chrétiens en Syrie.