En Indonésie

02 juillet 2019 22:23; Act: 03.07.2019 10:37 Print

Bali ne veut plus des touristes qui mendient

Les autorités balinaises ont décidé de combattre la mode des «begpackers», ces voyageurs qui demandent de l'argent aux habitants pour financer leurs vacances.

storybild

Les «begpackers» se multiplient sur les trottoirs des capitales, notamment asiatiques. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Les «begpackers» (un jeu de mot dérivé du terme «backpackers», et du verbe «to beg», qui signifie «mendier» en anglais) sont dans la ligne de mire des service de l'immigration de Bali. Selon elles, ces personnes qui voyagent dans un pays étranger et demandent de l'argent aux habitants pour financer leurs vacances, sont devenus un réel problème, relate le site Next Stark. Pour combattre ce qu'elles nomment être un fléau, les autorités ont créé un plan visant à amener tous les étrangers surpris en train de mendier dans leurs ambassades respectives.

Selon Setyo Budiwardoyo, responsable du bureau de l'immigration de Ngurah Rai, cette nouvelle mesure vise à différencier les arnaqueurs des personnes qui sont réellement dans le besoin: «Ces touristes, qui viennent en masse, sont en majorité australiens, britanniques ou russes. Nous avons tendance à signaler ces cas aux ambassades concernées, afin qu'elles puissent surveiller leurs citoyens de plus près», a-t-il déclaré au site d'information Detik News. «Ces personnes prétendent être fauchées. Mais nous sommes sceptiques. Pour ma part, je préférerais ne pas donner à manger ou offrir l'hospitalité à ceux qui font semblant», a-t-il déclaré.

La mode du «begpacking» n'est pas seulement répandue en Indonésie, mais également dans d'autres pays d'Asie. En 2017, un jeune Allemand s'était vu refuser le droit d'entrer dans plusieurs pays asiatiques, après avoir révélé qu'il avait arnaqué de nombreux citoyens thaïlandais en 2014 en leur demandant de l'argent pour soigner son pied blessé, qui en réalité ne l'était pas.

(L'essentiel/szu)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Taka Takata le 03.07.2019 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    Juste! Un scandale que ces jeunes issus de pays les plus riches aillent faire la manche dans des pays pauvres pour se permettre le luxe de l'oisiveté.

  • patrice57 le 03.07.2019 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si t’as pas d’argent , tu restes à la maison.

  • Quelle vie le 03.07.2019 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    J'en ai même rencontré chez nous. Ils vont visiter le monde sans le sous et demandent aux passants de leur donner quelque chose. Les autorités de Bali ont bien raison!

Les derniers commentaires

  • Taka Takata le 03.07.2019 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    Juste! Un scandale que ces jeunes issus de pays les plus riches aillent faire la manche dans des pays pauvres pour se permettre le luxe de l'oisiveté.

  • Luxo le 03.07.2019 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Une bonne initiative...

  • patrice57 le 03.07.2019 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si t’as pas d’argent , tu restes à la maison.

  • Quelle vie le 03.07.2019 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    J'en ai même rencontré chez nous. Ils vont visiter le monde sans le sous et demandent aux passants de leur donner quelque chose. Les autorités de Bali ont bien raison!

  • Henck le 03.07.2019 08:23 Report dénoncer ce commentaire

    Oui ces gens sont sans gêne qu ils reviennent les pieds sur terre ne peut que leur être salutaire et a nous aussi !