Coronavirus au Brésil

26 mai 2020 07:43; Act: 26.05.2020 10:38 Print

Bolsonaro gère la pandémie comme Trump, en pire

Déni face au virus, déclarations hasardeuses, absence d'empathie... Le président brésilien ne s'est pas contenté d'emboîter le pas à son modèle. Il est allé plus loin.

storybild

Jair Bolsonaro dénonçait en mars «l'hystérie» autour d'une «petite grippe». (photo: AFP/Sergio Lima)

Sur ce sujet
Une faute?

Déni face au coronavirus, déclarations à l'emporte-pièce, absence d'empathie, obsession de l'économie et de la chloroquine, le président brésilien Jair Bolsonaro ne s'est pas contenté d'emboîter le pas à son modèle Donald Trump. Il est allé plus loin. Si en février, pour le président américain, le virus «allait disparaître avec le retour de la belle saison», Bolsonaro dénonçait en mars «l'hystérie» autour d'une «petite grippe». Comme à Washington, le déni prévalait à Brasilia, pourtant le Covid-19 commençait à semer la mort dans les favelas surpeuplées de Rio et jusqu'à la forêt amazonienne. Aujourd'hui, les États-Unis et le Brésil sont les deux pays avec le plus de cas de contamination et déplorent près de 100 000 et 24 000 morts.

Jair Bolsonaro continue de s'offrir des bains de foule, et sans ce masque que son homologue américain a toujours refusé de porter en public. Le premier fait du jet-ski, le second a repris le golf. À Brasilia, «le Trump des tropiques» a lui aussi semé la consternation avec un manque total d'empathie pour les victimes et des propos surréalistes sur ce virus, qu'«il faut affronter comme un homme, pas un gamin». Comme Trump avant qu'il ne change de ton, Bolsonaro a été très critiqué au Brésil pour son incapacité à donner un cap face à une pandémie qu'il a politisée à l'extrême, coupant le pays en deux.

L'OMS «favorise masturbation et homosexualité»

Dans ce Brésil lui aussi fédéral, Bolsonaro s'est heurté, comme Trump, à des gouverneurs dotés de pouvoirs de santé publique qui ont imposé «la tyrannie du confinement», dit-il. Notamment ceux de São Paulo et de Rio de Janeiro, qu'il a traités de «bouse» et de «tas de fumier» lors d'un conseil des ministres dont la vidéo a fait scandale. Bolsonaro et Trump «ont suivi la même stratégie, qui consiste à se distancer de la crise économique à venir et de blâmer les autres acteurs politiques, comme les gouverneurs», dit Oliver Stuenkel, professeur en relations internationales à la Fondation Getulio Vargas.

Mimétisme encore, quand Trump évoquait le «virus chinois», Bolsonaro laissait un ministre complotiste et quelques centaines de manifestants du dimanche anticommunistes dénoncer le «comunavirus». Et après que Trump a coupé les vivres de l'Organisation mondiale de la santé, Bolsonaro vitupérait contre l'OMS, qui «favorise masturbation et homosexualité».

«La faim et la misère»

«Cette nécessité de trouver des ennemis est "trumpienne" mais il y a une tradition autoritaire et populiste qui consiste à chercher des boucs émissaires (...) pour ne pas endosser la responsabilité» d'une crise, relève M. Stuenkel. Affichant le même mépris que Trump pour la science, Bolsonaro a généralisé les traitements très controversés à la chloroquine et l'hydroxychloroquine. Le locataire de la Maison-Blanche venait de révéler prendre cette dernière. La chloroquine notamment a coûté leur portefeuille à deux ministres de la Santé en un mois et a été un thème obsessionnel chez Bolsonaro, de même que le retour de la population au travail. Comme Trump.

Faisant écho à l'appel au «redémarrage de l'Amérique» dès la mi-avril de Trump, Bolsonaro a martelé que «le Brésil ne peut s'arrêter» sauf à connaître «la faim et la misère». «Bolsonaro, comme Trump, ne veut pas être tenu responsable d'une faillite économique», dit Juliette Dumont, maître de conférence à l'Institut des Hautes études d'Amérique latine (Paris). Comme Trump en novembre, Bolsonaro comptait sur l'économie pour être réélu en 2022. Mais le président d'extrême droite, en dehors du socle d'inconditionnels sur lequel il s'appuie de plus en plus, a perdu des soutiens.

Menace de destitution

«Il y a des similitudes frappantes, un alignement complet et inédit sur les États-Unis dans l'histoire brésilienne. Mais il y a une différenciation», constate Mme Dumont. «Trump a été contraint de changer son fusil d'épaule alors que Bolsonaro persiste et signe (...) dans une fuite en avant». «Même s'il est un peu moins dans le déni, car les chiffres sont là, il ne revient pas en arrière», poursuit-elle. «Il a placé un intérimaire ministre de la Santé, un militaire qui n'y connaît rien. C'est assez parlant».

«Bolsonaro a été bien plus irresponsable que Trump», abonde M. Stuenkel, «il a minimisé la crise en permanence». Si Trump a survécu en février à un «impeachment», la menace d'une destitution est bien réelle pour Bolsonaro, après le dépôt de 35 demandes à la Chambre des députés, certaines pour sa gestion de la crise sanitaire. Mais Bolsonaro a face à lui «une opposition quasiment inaudible», souligne Mme Dumont, qui évoque aussi «des contre-pouvoirs moins efficaces» qu'aux États-Unis. «Bolsonaro a beaucoup plus de liberté que Trump, qui est bien plus contraint par les institutions et doit être plus présidentiel», dit M. Stuenkel.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TontonB le 26.05.2020 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est à dire avec bon sens et sans céder à la panique ... un pays de plusieurs centaines de millions d'habitants ne se gère pas comme un micro-état. Heureusement qu'il y a eu ces dirigeants à la tête froide pour démontrer que le confinement strict ne sert à rien. Pas de regrets chez nous pour avoir appliqué le principe de précaution, mais il faut en tirer la leçon. Plus jamais de confinement strict en cas de nouvelle épidémie.

  • Julien le 26.05.2020 14:44 Report dénoncer ce commentaire

    C'est fou cet harcèlement envers Trump., vous croyez que Macron a fait mieux ? Informez vous !

  • Il n'y a que la vérité qui blesse le 26.05.2020 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est assez incroyable avec l'AFP c'est leur niveau de propagande. Le Brésil, comme les USA, font bien mieux que la France et la plupart des grands pays de l'UE (sauf l'Allemagne), mais aussi que le Luxembourg pour le Brésil si on regarde le nombre de morts par millions d'habitants sur le worldometers. Pour info Allemagne : 101 morts/mio hab, Bresil : 111, Luxembourg : 176, Suisse : 221, USA : 302, Ireland : 320, Pays-Bas : 340, Suède : 399, France : 436, Italie : 544, UK : 544, Espagne : 574, Belgique : 806.

Les derniers commentaires

  • l'alchimiste le 26.05.2020 15:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on fera les comptes, les vrais a la fin certains devront demissionner, d autres s excuser et d autres encore aller faire un stage en prison

  • Julien le 26.05.2020 14:44 Report dénoncer ce commentaire

    C'est fou cet harcèlement envers Trump., vous croyez que Macron a fait mieux ? Informez vous !

    • @Julien le 26.05.2020 15:22 Report dénoncer ce commentaire

      Macron n'a pas fait mieux, mais même si je ne suis pas fan de lui, il n'a pas été jusqu'à se demander en public si en injectant du désinfectant type javel dans les poumons on pouvait neutraliser le covid... Ou soutenir les manifestations contre le confinement avec des tweets à la limite de l'appel à la violence "Libérez le Michigan" car ce n'était pas un gouverneur républicain à sa tête... Mais si vous êtes fan de Trump, comme lui vous direz "fake news" je suppose

    • Laurent le 26.05.2020 15:51 Report dénoncer ce commentaire

      Julien, qu'attendez-vous pour émigrer dans ce si beau pays, les USA ? Et son système de santé ?

  • Rigoberta Menchu le 26.05.2020 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    On ne parle pas du coût humain du confinement des personnes à faible risque (les moins de 65 ans): suicidés et espérance de vie réduite à cause du stress causé par la perte d'emploi et la fermeture de dizaines de milliers de petites et moyennes entreprises.

  • Ce que j'en pense le 26.05.2020 13:37 Report dénoncer ce commentaire

    Hé bé, on est tombé bien bas avec des Trump, Bolsonaro Erdogan & Co... je me demande même si on ne serait pas en train de creuser!

  • Il n'y a que la vérité qui blesse le 26.05.2020 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est assez incroyable avec l'AFP c'est leur niveau de propagande. Le Brésil, comme les USA, font bien mieux que la France et la plupart des grands pays de l'UE (sauf l'Allemagne), mais aussi que le Luxembourg pour le Brésil si on regarde le nombre de morts par millions d'habitants sur le worldometers. Pour info Allemagne : 101 morts/mio hab, Bresil : 111, Luxembourg : 176, Suisse : 221, USA : 302, Ireland : 320, Pays-Bas : 340, Suède : 399, France : 436, Italie : 544, UK : 544, Espagne : 574, Belgique : 806.

    • Galileo le 26.05.2020 13:26 Report dénoncer ce commentaire

      Ne soyez pas naïf: les chiffres des morts/contaminés du Brésil, comme ceux de la Russie, de la Chine et bien d'autres (Inde, Iran, etc.) sont faux, maquillés, sous-évalués, bidons... Aucune comparaison possible... La Chine: 1,4 milliards d'habitants, 4.500 morts: quel mensonge...

    • @il n'y a que la vérité... le 26.05.2020 13:54 Report dénoncer ce commentaire

      Attendez la fin de l'année pour faire les comptes... en Europe les contaminations baissent, en Amérique du Sud elles explosent

    • @Galileo (pourquoi cette désinformation) le 26.05.2020 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      Je découvre étrangement des gens capables de participer à la désinformation sans visiblement être payés. Cela est surprenant, surtout d'affirmer sans rien vérifier. Vous parlez des chiffres de la Russie ! Savez vous qu'ils sont montés jusqu'à 100 000 tests par jour et en ont fait plus de 9 mio au total pour 26 morts / mio habitants ? J'ai suivi cette histoire car je pensai (certainement mes préjugés de citoyens de pays dits développés) que cela allait être une boucherie chez eux. Rien, Nada, au contraire ils font bien mieux que nous. Pire encore, les pays africains font aussi mieux que nous.

    • ne pas choisir la vérité qui arrange.. le 26.05.2020 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      Bien mieux? c'est bien de sortir le seul chiffre qui avantage les USA; alors qu'ils ne sont aucunement comparables entre eux. (densité de population, mode de comptage, ...) Si on veut juger, il faut plutot juger la courbe de croissance et l'efficacité des soins sur les positifs... USA : 1.662.000 infectés / 98.000 morts => 17% de mortalité / 20.000 infections journalières Brésil : 374.000 infectés / 23.000 morts => 16.2% de mortalité / 12.000 infections journalières France : 183.000 infectés / 28.000 morts => 6.5% de mortalité / 600 infections journalières

    • Parlons en de la vérité le 26.05.2020 14:24 Report dénoncer ce commentaire

      Les morts par millions d'habitants, c'est un non-sens. On ne peut pas mourir d'un truc qu'on n'a pas attrapé. Sans parler des comparaisons entre pays, autre non-sens. Le Brésil, les USA et l'Italie ont des populations différentes, qui réagiront différemment au virus. On rajoute à ça un système de soins basé sur les inégalités sociales, une méthode de décompte plus que douteuse... C'est sûr, c'est l'AFP qui fait de la propagande, mais certainement pas Bolso? (Indice : tout est propagande, la vérité ne choisit jamais de camp)

    • @ne pas choisir la vérité qui arrange le 26.05.2020 22:02 Report dénoncer ce commentaire

      USA : 1.662.000 infectés / 98.000 morts = 5.9% de mortalité, Brésil : 374.000 infectés / 23.000 morts = 6.1% de mortalité, France : 183.000 infectés / 28.000 morts = 15.3% de mortalité. Comment faites vous vos calculs ?