Feux en Amazonie

25 août 2019 20:32; Act: 25.08.2019 20:40 Print

Bolsonaro tente d'éteindre le feu et les polémiques

Le gouvernement brésilien a engagé deux avions et plus de 40 000 soldats pour lutter contre les feux qui ravagent «le poumon de la planète».

Sur ce sujet
Une faute?

Sous la pression internationale, le Brésil est entré en action dimanche en Amazonie, deux avions C-130 Hercules commençant à larguer des dizaines de milliers de litres d'eau au-dessus de la forêt tropicale où le nombre d'incendies progressait encore. Des manifestations étaient prévues dans divers villes brésiliennes, comme Rio de Janeiro et Belo Horizonte (sud-est) en défense du «poumon de la planète» après celles de vendredi en Europe, tandis que les pays du G7 annonçaient une aide à l'Amazonie «le plus vite possible».

Le président Jair Bolsonaro, qui avait reçu une offre d'aide de l'allié américain, a remercié dans un tweet en fin de matinée «les dizaines de chefs d'État qui vont nous aider à surmonter la crise qui intéresse seulement ceux qui veulent affaiblir le Brésil» (sic). Première action concrète prise par le gouvernement brésilien: deux C-130 Hercules capables de transporter 12 000 litres d'eau et de produit retardant ont été déployés en matinée par la Force aérienne brésilienne (FAB), a annoncé le ministère de la Défense. Ces bombardiers d'eau opèrent à basse altitude à partir de la ville de Porto Velho, dans l'État de Rondonia (nord-ouest), qui s'est encore réveillée sous un inquiétant couvercle de fumée.

Le nombre d'incendies a augmenté de 1 130 dans tout le Brésil en 24 heures, selon l'Institut national de recherche spatiale (INPE). Les derniers chiffres arrêtés samedi soir font état de 79 513 feux de forêt depuis le début de l'année au Brésil, dont un peu plus de la moitié en Amazonie.

«C'est pire chaque année»

Des régions de Rondonia, État frontalier de la Bolivie, sont en proie à des incendies incontrôlables qui envoient des colonnes de fumées dans le ciel et d'énormes quantités de carbone, ont constaté des journalistes de l'AFP. Jusqu'à présent, sept États, dont celui de Rondonia, ont fait appel à l'armée. Quelque 43 000 soldats basés en Amazonie sont disponibles pour combattre les incendies, a déclaré le ministre de la Défense Fernando Azevedo e Silva.

Les gouverneurs des États touchés ont demandé d'urgence un «soutien matériel» à Jair Bolsonaro qui les avait accusés cette semaine de «connivence» avec les auteurs d«'incendies criminels». Le gouvernement a débloqué des fonds d'urgence de 38 millions de réais (8,2 millions d'euros) pour les opérations anti-incendie menées par le ministère de la Défense. Le ministre de la Justice et de la sécurité publique, Sergio Moro, a donné le feu vert au déploiement d'effectifs policiers contre la déforestation illégale en Amazonie.

La déforestation accélérée sous le gouvernement de Jair Bolsonaro qui encourage les cultures et l'élevage bovin dans la plus grande forêt tropicale de la planète, corrélée à la saison sèche, explique l'ampleur de ces incendies. «C'est pire chaque année, mais cette fois-ci les fumées sont vraiment importantes», a déclaré Deliana Amorim, un habitant de Porto Velho où vivent 500 000 personnes.

«Vital pour notre planète»

Les incendies en Amazonie ont provoqué une vive émotion sur la scène internationale et divers pays ont critiqué Jair Bolsonaro au cours de la semaine écoulée pour son inaction, exigeant de lui une réaction immédiate. Au sommet du G7 à Biarritz, les pays du G7 se sont dits dimanche d'accord pour «aider le plus vite possible les pays frappés par les feux».

Environ 60% de l'Amazonie se trouve en territoire brésilien. «Il y a une vraie convergence pour dire on se met tous d'accord pour aider au plus vite possible les pays qui sont frappés par ces feux », a rapporté le président français Emmanuel Macron. Le pape François s'est dit dimanche «inquiet» pour «ce poumon vital pour notre planète». Samedi, le président Bolsonaro avait posté une vidéo sur Twitter dans laquelle il clame «une tolérance zéro» pour les crimes environnementaux et affirme: «Nous allons agir fermement pour contrôler les incendies en Amazonie.»

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.