Brésil

19 février 2019 09:54; Act: 19.02.2019 11:21 Print

Bolsonaro vire un de ses ministres-​​clés

Un ministre soupçonné de détournements de fonds a été écarté par le président du Brésil, lundi. Il a été remplacé par un militaire.

storybild

Gustavo Bebianno, un des proches du président brésilien, a été viré par Jair Bolsonaro. (photo: AFP/Evaristo sa)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a limogé lundi l'un de ses principaux ministres pour tenter de mettre un terme à la première crise politique de son mandat. L'homme est suspecté d'avoir organisé des détournements de fonds publics. M. Bolsonaro «a décidé de limoger le ministre du secrétariat général de la présidence, Gustavo Bebianno Rocha», a annoncé le porte-parole de la présidence. Interrogé sur les raisons de ce limogeage, le porte-parole s'est contenté de répondre qu'il s'agissait «d'une décision personnelle» du chef de l'État.

Jair Bolsonaro, en fonction depuis le 1er janvier, a évoqué plus tard dans une vidéo diffusée dans les médias brésiliens des «différences de points de vue» sur «des questions importantes», ainsi que des «incompréhensions et des malentendus». Premier ministre à quitter l'équipe au pouvoir depuis un mois et demi, Gustavo Bebianno a été remplacé par un général de réserve, Floriano Peixoto. Ce choix porte à huit sur 22 le nombre de militaires du gouvernement.

Détournements de fonds

Ex-président du parti social-libéral (PSL) d'extrême droite, que Jair Bolsonaro a rejoint en mars pour briguer la fonction suprême, M. Bebianno a été l'un des principaux responsables de sa campagne électorale. Il était considéré comme l'un de ses hommes de confiance.

Mais il est soupçonné d'avoir été impliqué dans des candidatures fantômes du PSL lors de la campagne électorale d'octobre qui auraient permis des détournements de fonds publics. Gustavo Bebianno, qui occupait un poste-clé au palais présidentiel de Planalto, chargé notamment de dialoguer avec le Parlement, a nié toute malversation. Il a tenté de minimiser la crise. Il a affirmé avoir parlé plusieurs fois avec le président, alors que celui-ci était hospitalisé jusqu'à mercredi dernier, à São Paulo, après une intervention chirurgicale.

Mais Carlos Bolsonaro, l'un des fils du président et conseiller municipal de Rio de Janeiro, a mis le feu aux poudres, jeudi dernier, en niant dans un tweet que ces contacts aient eu lieu. Jair Bolsonaro lui-même a ensuite affirmé que Gustavo Bebianno «mentait» sur leurs discussions.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nono le 19.02.2019 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Qui va remplacer Bolsonaro quand ce sera son tour et que les affaires vont sortir, là est la question....

Les derniers commentaires

  • Nono le 19.02.2019 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Qui va remplacer Bolsonaro quand ce sera son tour et que les affaires vont sortir, là est la question....