Vidéo buzz aux États-Unis

14 mars 2017 10:31; Act: 14.03.2017 10:44 Print

«Ça fait quoi de travailler pour un fasciste?»

Une trentenaire a croisé Sean Spicer, porte-parole de la Maison-Blanche, dans un Apple Store, et profité de l'occasion pour le bombarder de questions assassines.

Sur ce sujet

La vidéo, publiée samedi, fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux. Les images ont été tournées par Shree Chauhan, une Américaine de descendance indienne. Cette jeune femme de 33 ans faisait du shopping dans un Apple Store lorsqu'elle est tombée sur Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche, écrit le New York Post. Shree Chauhan a profité de cette rencontre fortuite pour lui dire le fond de sa pensée: «Ça fait quoi de travailler pour un fasciste?», a-t-elle attaqué d'entrée.

Sans laisser à Sean Spicer le temps de répondre, l'Américaine a enchaîné les questions assassines à un rythme effréné: «Avez-vous aidé pour l'histoire avec la Russie? Êtes-vous aussi un criminel? Vous êtes-vous aussi rendu coupable de trahison, comme le président?» Le porte-parole de Donald Trump a juste eu le temps de répondre, dans un sourire gêné: «C'est un pays si formidable qui vous permet de rester ici», avant que Shree Chauhan ne continue ses attaques. La trentenaire a poursuivi Spicer jusqu'à la caisse, où il s'est empressé de régler ses achats avant de s'en aller après avoir essuyé une nouvelle charge: «Vous savez que vous travaillez pour un fasciste, non?».

Internautes partagés

Shree Chauhan ne s'est pas attiré que des louanges, loin de là, après avoir publié cette vidéo. Certains internautes estiment qu'elle a été «mesquine» et l'accusent d'avoir harcelé Sean Spicer, relève la BBC. Dans un blog, l'Américaine explique que la seule réponse que le collaborateur de Donald Trump lui a donnée l'a «estomaquée»: «C'est raciste et cela sous-entend une menace. Pensez à l'audace de M. Spicer de me dire cela en face en souriant, sachant qu'il est filmé et connaissant la position puissante qu'il occupe dans notre gouvernement», s'indigne-t-elle.

Shree Chauhan, fille d'immigrants, reconnaît sans peine qu'elle a fait preuve «d'impolitesse» face au porte-parole de la Maison-Blanche. Elle explique qu'elle a voulu saisir «l'énorme opportunité d'obtenir des réponses sans les protections habituelles accordées à M. Spicer.» Quant aux accusations de fascisme, la trentenaire persiste et signe: «Je suis très au clair quant à mon avis sur cet homme, qui est le porte-parole d'un fasciste. On n'arrêtait pas les nazis avec des gentillesses».

(L'essentiel/joc)