Procès au Japon

11 janvier 2019 07:08; Act: 11.01.2019 10:26 Print

Carlos Ghosn inculpé pour abus de confiance

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, en détention au Japon depuis son arrestation en novembre, a fait l'objet, vendredi, de deux nouvelles inculpations.

storybild

Le parquet a décidé de le poursuivre pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'avenir judiciaire de Carlos Ghosn s'est encore assombri vendredi: le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan a fait l'objet de deux nouvelles inculpations par la justice japonaise, mais ses avocats ont aussitôt déposé une demande de libération sous caution. Le parquet a décidé de le poursuivre pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018, a annoncé le tribunal de Tokyo. Son bras droit Greg Kelly, relâché sous caution le 25 décembre, a aussi été inculpé pour le deuxième motif, tout comme le constructeur d'automobiles nippon, en tant qu'entité morale ayant remis les documents incriminés.

Ces trois protagonistes avaient déjà été mis en examen, le 10 décembre, pour avoir déclaré des rétributions amoindries sur les cinq années précédentes. Selon le parquet, l'abus de confiance est caractérisé par sa tentative de faire couvrir par Nissan «des pertes sur des investissements personnels» au moment de la crise financière d'octobre 2008. La somme incriminée s'élève à 1,85 milliard de yens (15 millions d'euros). Pour résoudre ce problème financier, il aurait obtenu qu'un milliardaire saoudien, Khaled Juffali, se porte garant et lui aurait ultérieurement versé de l'argent issu de la «réserve du PDG». C'était pour services réellement rendus envers Nissan, argue M. Ghosn.

Depuis son arrestation le 19 novembre, à Tokyo, le dirigeant de 64 ans se trouve dans un centre de détention du nord de la capitale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mars le 11.01.2019 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    Il aura le temps de compter so Fric

  • Sam1952 le 11.01.2019 07:30 Report dénoncer ce commentaire

    N’y a t il pas «  abus de pouvoir et acharnement «  , de la part de la justice nippone ??? . L’affaire paraît bien ficelée et manipulée de nissan ! . Une belle façon d’ évincer Carlos ghosn ! , même si malversation , il y a eu !!!

  • bizarre le 11.01.2019 08:11 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus grave c'est que Renault ne l'a pas encore licencié ou une mise à pied provisoire. Imaginons un peu que c'était un simple ouvrier ? Quelle sanction serait-elle ? Je trouve qu'il y a une complicité de 'Etat Francais

Les derniers commentaires

  • Chiquito le 12.01.2019 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vrai ou faux, le système judiciaire japonais est dorénavant connu du commun des mortels, et cela montre à quel point nous devons en Europe défendre notre système judiciaire: le doute doit profiter à l'accusé et l'on ne peut accuser sans preuves ! En tant qu'européen ce régime carcéral japonais s'apparente à de la torture; et un régime qui n'offre comme seule possibilité l'aveu pour sortir de prison (peu importe si les accusations sont avérées) s'apparente à une dictature...

  • patdevelours le 11.01.2019 22:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @bizarre et mars doivent avoir des éléments sur le dossier qui leurs permettent de prononcer déjà la condamnation.

  • rené sance le 11.01.2019 20:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a sauvé deux entreprises japonaises de la faillite, et il est emprisonné comme un chef mafieux en guise de remerciement l’entourloupe est grotesque

  • mars le 11.01.2019 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    Il aura le temps de compter so Fric

  • bizarre le 11.01.2019 08:11 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus grave c'est que Renault ne l'a pas encore licencié ou une mise à pied provisoire. Imaginons un peu que c'était un simple ouvrier ? Quelle sanction serait-elle ? Je trouve qu'il y a une complicité de 'Etat Francais