Au Japon

19 avril 2019 12:01; Act: 19.04.2019 12:32 Print

Carlos Ghosn va encore être inculpé

Carlos Ghosn va de nouveau être inculpé au Japon pour abus de confiance à l'issue de sa garde à vue, qui se termine lundi.

storybild

Ce serait la quatrième mise en examen pour Carlos Ghosn. (photo: AFP/Kazuhiro Nogi)

Sur ce sujet
Une faute?

Carlos Ghosn, ex-patron des constructeurs d'automobiles Renault et Nissan actuellement détenu au Japon, va de nouveau y être inculpé pour abus de confiance à l'issue de sa garde à vue lundi, ont affirmé vendredi des médias locaux. Le bureau des procureurs de Tokyo va mettre M. Ghosn en examen, l'accusant d'avoir détourné des fonds de Nissan. Il est soupçonné d'avoir utilisé une ou plusieurs entreprises "coquilles vides" pour faire passer des fonds émanant du groupe nippon vers une société d'investissement détenue par son fils Anthony, selon les détails donnés par la chaîne publique NHK citant une source proche de l'enquête.

L'agence de presse Kyodo a également indiqué que M. Ghosn serait de nouveau inculpé lundi. Les enquêteurs requièrent désormais la coopération des autorités américaines dans le but d'entendre le fils de M. Ghosn, ajoute la NHK. Arrêté la première fois à son arrivée en jet privé à Tokyo le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn est déjà sous le coup de trois inculpations pour minoration de déclarations de revenus et abus de confiance aggravé lié à une tentative de faire couvrir des pertes financières personnelles par Nissan.

Détention provisoire?

Il avait été libéré sous caution le 6 mars après 108 jours de prison et assigné à résidence à Tokyo, mais il a été interpellé de nouveau moins d'un mois plus tard sur de nouveaux soupçons. L'intéressé et sa famille nient toute malversation et dénoncent un complot ourdi par Nissan, alors qu'il préparait la fusion du groupe japonais avec son partenaire français Renault, une évolution de l'alliance déplaisant à la partie japonaise.

Le principal avocat de M. Ghosn, Junichiro Hironaka, a déposé plusieurs recours depuis la ré-arrestation de son illustre client mais les juges les ont rejetés, autorisant son maintien en garde à vue jusqu'à lundi. S'il est effectivement inculpé, démarrera une période de détention provisoire ouvrant parallèlement la possibilité d'une requête de nouvelle libération sous caution.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fred le 19.04.2019 19:02 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à la justice Japonaise. Cet homme est un esclavagiste. Paye ses employé au lance pierre et lui s'octroie des million.

  • Loyaliste le 19.04.2019 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Quel acharnement !

Les derniers commentaires

  • Fred le 19.04.2019 19:02 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à la justice Japonaise. Cet homme est un esclavagiste. Paye ses employé au lance pierre et lui s'octroie des million.

  • Loyaliste le 19.04.2019 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Quel acharnement !