Incident au Colorado

22 février 2021 07:22; Act: 22.02.2021 10:46 Print

«Certains avions seront retirés du service»

Parti samedi de Denver pour Hawaï, un 777-220 de la compagnie United Airlines a dû faire demi-tour en urgence, après l’incendie de son réacteur droit.

storybild

Pendant que le Boeing regagnait l’aéroport, une pluie de débris, certains de grande taille, sont tombés sur une banlieue de Denver. (Photo Michael Ciaglo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L’autorité fédérale américaine de régulation de l’aviation (FAA) a ordonné dimanche des inspections supplémentaires sur certains avions commerciaux de type Boeing 777, au lendemain d’une panne de moteur sur l’un de ces appareils au-dessus du Colorado.

«Après avoir consulté mon équipe d’experts en sécurité aérienne au sujet de la panne de moteur d’hier à bord d’un avion Boeing 777 à Denver, je leur ai demandé de publier une consigne de navigabilité d’urgence qui exigerait des inspections immédiates ou approfondies des avions Boeing 777 équipés de certains moteurs Pratt & Whitney PW4000», a écrit un responsable de la FAA, Steve Dickson, dans un communiqué publié sur Twitter. «Cela signifiera probablement que certains avions seront retirés du service», a-t-il ajouté.

Un Boeing 777-220 de la compagnie United Airlines, qui venait de décoller samedi de Denver (Colorado) pour Honolulu (Hawaï) avec 231 passagers et 10 membres de l’équipage, a dû faire demi-tour en urgence après l’incendie de son réacteur droit. L’appareil a pu se poser sans encombre sur l’aéroport de Denver et aucun de ses occupants n’a été blessé.

Pluie de débris

Une vidéo tournée par un passager du vol UA328 montre le réacteur droit de l’avion en flammes et permet de voir que le carénage du moteur endommagé a entièrement disparu.

Pendant que le Boeing regagnait l’aéroport, une pluie de débris, certains de grande taille, sont tombés sur une zone résidentielle de Broomfield, une banlieue de Denver. Personne n’a été blessé au sol, selon les autorités locales.

Steve Dickson a indiqué qu’un examen préliminaire des données de sécurité avait révélé la nécessité de contrôles supplémentaires des pales de la soufflante du type de réacteur concerné.

«Sur la base des informations initiales, nous avons conclu que l’intervalle entre les inspections devait être raccourci pour les pales creuses de la soufflante, qui existent uniquement sur ce type de moteur, utilisé uniquement sur des Boeing 777», a déclaré ce responsable de la FAA.

Steve Dickson a ajouté que des responsables de la FAA rencontraient dimanche soir des représentants de Pratt & Withney et de Boeing.

L’avionneur américain a connu un grave problème ces dernières années avec un autre de ses modèles, le 737 MAX. L’avion a été interdit de vol en mars 2019 après deux accidents qui avaient fait 346 morts, celui de Lion Air en Indonésie en octobre 2018 (189 morts) et celui d’Ethiopian Airlines en mars 2019 en Ethiopie (157 morts).

La crise du 737 MAX

Lors des deux accidents, c’est après avoir reçu des informations erronées d’une des deux sondes d’incidence AOA, indiquant que l’avion était en décrochage, que le logiciel de commandes de vol, le MCAS, s’était emballé malgré les efforts des pilotes pour le désactiver et avait mis l’avion en piqué, provoquant sa chute.

Boeing a en conséquence dû modifier le logiciel de commandes de vol et mettre en place de nouveaux protocoles de formation des pilotes avant que l’appareil ne soit de nouveau autorisé à voler, après plus de 20 mois d’interdiction.

La reprise des vols commerciaux des Boeing 737 MAX a eu lieu à partir de décembre 2020, d’abord au Brésil, puis aux États-Unis et au Canada. Le premier vol commercial en Europe, sous les couleurs de la compagnie belge TUI fly, a eu lieu mercredi 17 février dernier entre Bruxelles et Alicante puis Malaga, en Espagne.

Lors de son lancement, le 737 MAX a remporté un grand succès auprès des compagnies aériennes, et il était le modèle de Boeing dont les ventes progressaient le plus vite jusqu’à son immobilisation en mars 2019.

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences sur le transport aérien international ont entraîné l’annulation de commandes portant sur des centaines d’appareils.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tome le 22.02.2021 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La même chose pourrait arriver ici. Samedi soir par exemple à 22h un avion antonov russe de la compagnie Volga Dnepr (VI4298) à décoller en tournant au dessus de la ville et de Belair vers le nord à basse altitude (ce que Cargolux ne fait jamais). Si quelque chose arrive les élus seront responsable car c est eux qui autorisent cela au mépris de la sécurité des résidents.

  • lafripouille le 22.02.2021 08:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Boeing ou les cercueils volants !!! faut être irresponsable pour faire confiance a cette marque !!!

  • iPilote le 22.02.2021 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Encore et toujours un Boeing

Les derniers commentaires

  • lafripouille le 22.02.2021 08:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Boeing ou les cercueils volants !!! faut être irresponsable pour faire confiance a cette marque !!!

  • Tome le 22.02.2021 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La même chose pourrait arriver ici. Samedi soir par exemple à 22h un avion antonov russe de la compagnie Volga Dnepr (VI4298) à décoller en tournant au dessus de la ville et de Belair vers le nord à basse altitude (ce que Cargolux ne fait jamais). Si quelque chose arrive les élus seront responsable car c est eux qui autorisent cela au mépris de la sécurité des résidents.

  • iPilote le 22.02.2021 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Encore et toujours un Boeing

  • GRAND Maître le 22.02.2021 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Boieng, le jour où l'on pourra de nouveau voyager ,ce sera rassurant...