Espèces en danger

25 mars 2018 15:56; Act: 25.03.2018 15:55 Print

Ces animaux qui paient le prix des superstitions

De la poudre d'os de chimpanzé ou de la salive de gecko: des scientifiques pointent le déclin des espèces dû au trafic d'animaux aux vertus soi-disant miraculeuses.

storybild

Les écailles de pangolins sont vendues en Asie à 500 dollars le kilo, contre l'asthme ou les migraines. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Asthme, gueule de bois, cancer ou encore sida, certains de ces éléments hors de prix sont des ingrédients clé de remèdes ancestraux prescrits par des médecines traditionnelles d'Asie ou d'Afrique. D'autres sont tout simplement de prétendus médicaments miracles inventés par des charlatans, soulignent des experts, à l'heure où les scientifiques, réunis à Medellin, en Colombie, pointent le déclin des espèces. À côté de la fameuse corne de rhinocéros ou des écailles de pangolins, d'autres substances souvent arrachées à des espèces en danger sont plus confidentielles, des griffes de paresseux aux branchies de raies manta, en passant par les embryons de macaque.

«Nous ne critiquerons jamais les pratiques traditionnelles», commente John Scanlon, secrétaire général de la Convention internationale internationale sur le commerce des espèces menacées (Cites). Mais il dénonce ceux qui abusent de gens «vulnérables» en leur présentant «certains produits issus de la vie sauvage qui auraient des propriétés qui ne sont pas associées à la médecine traditionnelle». En ligne de mire, les cornes de rhinocéros vendues comme remède au cancer, fantasme qui a contribué à décimer les populations.

Bile d'ours

«La crise du braconnage des rhinocéros, qui a commencé vers 2007 (...), trouve son origine dans des usages médicinaux bidons», souligne ainsi Richard Thomas, de l'organisation TRAFFIC. En 1960, quelque 100 000 rhinocéros noirs vivaient en Afrique. En 2016, ils n'étaient que 28 000 rhinocéros toutes espèces confondues en Afrique et en Asie, selon un rapport de l'ONU.

Des déclarations d'un homme politique vantant les propriétés anti-cancer de la corne seraient à l'origine d'une augmentation de la demande au Vietnam dans les années 2000, même si, insiste Richard Thomas, «cela n'a aucune base scientifique». Les vertus attribuées à cette corne ont ensuite évolué, certains s'en servant pour soigner une gueule de bois, d'autres simplement pour afficher leur richesse.

Malgré l'interdiction en Chine, la demande n'a pas diminué, et le produit se vend à des dizaines de milliers de dollars le kilo. La corne était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle chinoise contre la fièvre. Et certaines études ont conclu à une certaine efficacité en la matière. Mais pas plus que l'aspirine. D'autres ingrédients semblent plus opérants, comme la bile d'ours qui contient un acide efficace contre une maladie du foie, aujourd'hui synthétisé. Mais pour de nombreux autres, la demande se nourrit des superstitions, selon les experts.

(L'essentiel/afp)