Aux États-Unis

23 novembre 2019 20:03; Act: 23.11.2019 20:10 Print

Ces complots dont Trump pense pouvoir profiter

À la suite de la procédure de destitution lancée contre le président américain, les théories du complot bénéficient d'une visibilité inédite.

storybild

Donald Trump se sert des thèses complotistes pour écarter les critiques, estime un spécialiste. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

On les croyait invalidées depuis des mois, mais Donald Trump et les républicains ne cessent de remettre sur la table des théories complotistes dans le cadre des auditions au Congrès, leur offrant une visibilité inédite. Un serveur contenant des e-mails d'Hillary Clinton qui aurait disparu en Ukraine, ou des Ukrainiens - plutôt que des Russes - qui auraient tenté d'influer sur la présidentielle américaine 2016: plusieurs de ces thèses reviennent régulièrement dans le cadre de ces auditions.

Jeudi, c'est Fiona Hill, ex-responsable du Conseil de sécurité nationale, qui a martelé que la thèse de l'ingérence ukrainienne dans la présidentielle américaine était «une fiction». Mardi, Kurt Volker, ex-émissaire américain en Ukraine, avait réfuté comme «pas crédible» l'idée selon laquelle Joe Biden ou son fils, Hunter, seraient mêlés à une affaire de corruption en Ukraine.

Relayées sur Twitter

Pourtant, le républicain Devin Nunes, n°2 de la commission parlementaire qui procède aux auditions, ne cesse d'évoquer ces thèses, tout comme des personnalités conservatrices très en vue, à l'image du fils du président Donald Trump Junior ou du présentateur vedette de Fox News Sean Hannity. Des théories souvent relayées sur Twitter par le président lui-même.

Les auditions confirment, s'il était besoin, la large audience dont bénéficient désormais les idées complotistes. Si internet a constitué un terreau fertile pour leur développement depuis 20 ans, elles restaient jusqu'à récemment confinées aux marges. Avec l'élection de Donald Trump, elles ont désormais accès aux plus hautes sphères du pouvoir, soulignent plusieurs analystes.

Richard Nixon aussi

Professeur de sciences politiques à l'université de Miami, Joseph Uscinski rappelle qu'avant Donald Trump, d'autres présidents américains ont épousé des thèses complotistes, notamment le républicain Richard Nixon, également visé par une procédure de destitution. «Mais il n'en parlait pas très ouvertement», souligne-t-il. «Trump est à l'opposé. (...) Il s'en sert pour motiver les gens qui sont un peu aux marges du parti républicain (...) et pour écarter les critiques. Et il fait ça depuis qu'il a été élu».

Les théories conspirationnistes ne sont pas nouvelles, du 11-Septembre au lieu de naissance de Barack Obama, en passant par la première mission habitée sur la Lune.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pourri le 24.11.2019 00:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'Amérique est tombée bien bas.

Les derniers commentaires

  • pourri le 24.11.2019 00:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'Amérique est tombée bien bas.