Hong Kong

01 juillet 2020 13:32; Act: 01.07.2020 13:39 Print

Cinq choses à savoir sur la loi de sécurité nationale

La loi décriée par la communauté internationale donne au régime chinois des pouvoirs judiciaires sans précédent dans l'ancienne colonie britannique de Hong Kong.

storybild

Des manifestations ont eu lieu le 1er juillet contre la loi sécuritaire ainsi qu’ en commémoration de la cession de Hong Kong par grande Bretagne à la Chine en 1997. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le texte, promulgué mardi, est perçu par ses détracteurs comme l'atteinte la plus grave aux libertés de la «Région administrative spéciale» depuis sa restitution à la Chine en 1997. Il est adopté en réaction aux manifestations monstres contre l'influence de Pékin qui ont secoué l'an passé le territoire autonome, grande métropole financière.

Prison à perpétuité

La loi sur la sécurité nationale (ou sur la sécurité de l'État, le terme est le même en chinois) réprime quatre types d'infractions: séparatisme, subversion, terrorisme et collusion avec des forces extérieures et étrangères. Les auteurs d'infractions graves sont passibles de la prison à perpétuité ou d'une peine d'un minimum de 10 ans.

Au chapitre du terrorisme, figurent des délits tels que le sabotage des moyens de transport. La presse chinoise a fréquemment accusé l'an dernier les contestataires hongkongais de se livrer à des activités terroristes, alors que les manifestants s'en sont pris à maintes reprises au métro de Hong Kong.

Dans la catégorie «collusion avec l'étranger», seront poursuivis les actes «d'incitation à la haine envers le gouvernement de Hong Kong ou de la Chine» ou encore «la manipulation ou le sabotage électoral». Quiconque organise ou participe à des actes de séparatisme ou de subversion peut être poursuivi, qu'il ait ou non recouru à la force ou à la menace de la force. Les condamnés ne pourront se présenter à des élections ni être employés dans la fonction publique.

Les tribunaux chinois compétents

L'article 55 de la loi (qui en compte 66) stipule que des dossiers peuvent être transmis à la justice en Chine continentale, perçant une brèche dans l'indépendance judiciaire de Hong Kong. Les affaires susceptibles d'être transmises sur le Continent sont celles qui impliquent «un pays étranger ou des éléments extérieurs», qui relèvent d'une «situation grave» ou encore d'une «menace majeure et imminente» à la sécurité de l'État.

La Cour suprême chinoise sera chargée de désigner le tribunal qui jugera les affaires en question en appliquant le code de procédure pénal chinois. Le système judiciaire chinois brille par son opacité - détention au secret, mauvais traitements... - et par un taux de condamnation de plus de 99%.

Procès à huis clos

Aux termes de l'article 46, le gouvernement hongkongais peut décréter le huis clos sur certains procès impliquant des secrets d'État. Ces procès seront jugés par trois magistrats professionnels et sans jury populaire.

Empiètement du pouvoir politique sur le pouvoir judiciaire, le chef de l'exécutif nommera directement les juges chargés de trancher les affaires de sécurité nationale. L'actuelle cheffe de l'exécutif, Carrie Lam, est accusée par ses détracteurs d'être une marionnette de Pékin.

Un bureau de sécurité nationale

Pékin va pouvoir mettre en place dans le territoire autonome un «Bureau de défense de la sécurité nationale» qui relèvera directement du gouvernement central. «Le gouvernement de Hong Kong n'a pas de compétence (sur cet organisme) ni sur son personnel dans l'exercice de ses fonctions», stipule l'article 60.

Le nouveau bureau a pour tâche de «réunir et analyser des renseignements et des informations» et de «s'occuper» des infractions en matière de sécurité nationale.

Surveillance des organisations étrangères et des médias

Les pouvoirs publics prendront «les mesures nécessaires pour renforcer l'encadrement des organisations non gouvernementales étrangères ou extérieures et des organes d'information», précise l'article 54. Cette disposition est de nature à inquiéter les médias, même si l'article 4 garantit «la liberté d'expression, de la presse, de publication, d'association, de rassemblement, de procession et de manifestation».

Mais ces libertés sont également garanties par la constitution de la Chine populaire, ce qui n'empêche pas le pays de figurer aux tout derniers rangs du classement de la liberté de la presse de l'association Reporters sans frontières (RSF).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • duvaro le 01.07.2020 15:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que les amis des Traoré aillent gueuler là-bas, ils seront bien reçus.

  • Phi le 01.07.2020 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ca en accord avec nos Dirigents car pas de sanctions via Peking, sauf les USA sont a côté des citoyens de Hongkong. Toute L‘Europe dépend de la Chine alors Pekin fait son travail.

  • Le Belge,une fois,le vrai, pas l'autre le 01.07.2020 14:08 Report dénoncer ce commentaire

    Magnifique, j'aimerais bien vivre là bas....

Les derniers commentaires

  • Phi le 01.07.2020 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ca en accord avec nos Dirigents car pas de sanctions via Peking, sauf les USA sont a côté des citoyens de Hongkong. Toute L‘Europe dépend de la Chine alors Pekin fait son travail.

  • Clairvoyance le 01.07.2020 15:45 Report dénoncer ce commentaire

    La Chine a bien raison de faire respecter ses lois sur ce territoire qu'il lui appartient. La liberté de la presse est surtout en faveur des délinquants. Les journalistes sont bien souvent manipulé par leurs "sources". Ils n'est pas bon que tout soit dévoilé.

    • Le Belge,une fois,le vrai, pas l'autre le 01.07.2020 16:53 Report dénoncer ce commentaire

      Faire respecter les lois oui, imposer la dictature, non! Pas de dictature chinoise ou soviétique à Hong Kong, svp!!!

    • HK vs Catalogne le 01.07.2020 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Moi je propose qu on parle du gouvernement espagnol met en prison des politiciens qui osent discuter de l indépendance de la catalogne... Oui parce qu en Europe, on a le droit de défendre notre souveraineté, mais pas en Chine.

  • duvaro le 01.07.2020 15:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que les amis des Traoré aillent gueuler là-bas, ils seront bien reçus.

    • #PlanquéEtHaineux le 01.07.2020 15:29 Report dénoncer ce commentaire

      Gaffe au Karma de dire des choses comme ça. Encore que. Non, cela vous fera du bien de vous le prendre en pleine face. Continuez derrière votre écran surtout.

  • Le Belge,une fois,le vrai, pas l'autre le 01.07.2020 14:08 Report dénoncer ce commentaire

    Magnifique, j'aimerais bien vivre là bas....

    • #BonVent le 01.07.2020 15:30 Report dénoncer ce commentaire

      Allez-y.

    • Le Belge, d'URSS/Russie, le faux le 01.07.2020 16:52 Report dénoncer ce commentaire

      Moi aussi je veux vivre en RPC ou territoire assimilé, c'est si tellement merveilleux là-bas !