En Algérie

20 mai 2020 13:20; Act: 20.05.2020 14:14 Print

Condamnés pour des publications Facebook

Trois opposants algériens ont été condamnés mardi, à de lourdes peines d'emprisonnement, à la suite de publications sur Facebook, selon une association et Amnesty International.

storybild

(photo: Pexels/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'activiste Soheib Debaghi condamné à un an de prison ferme» à Alger pour «incitation à attroupement, outrage à corps constitué et publications Facebook pouvant porter atteinte à l'intérêt national», a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

Deux autres militants du mouvement («Hirak») de protestation antirégime, Larbi Tahar et Boussif Mohamed Boudiaf, ont écopé de 18 mois de prison ferme, également pour des publications sur Facebook, selon Amnesty Algérie.

«Injustice»

La peine a été prononcée par un tribunal de la wilaya (préfecture) d'El Bayadh, au sud-ouest d'Alger, lors d'une audience par visioconférence. Le procureur avait requis 3 ans de prison ferme, selon le CNLD.

Selon leur avocat, Abdelghani Badi, Larbi Tahar était accusé d'«outrage au président de la République» pour des posts dans lesquels il qualifiait Abdelmadjid Tebboune de «président illégitime».

Quant à Boussif Mohamed Boudiaf, il a dénoncé «l'injustice» du système judiciaire à travers ses publications, a précisé l'avocat sur son compte Facebook. Les trois militants condamnés sont en détention.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Asimov1973 le 20.05.2020 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La république élue n’est pas un régime.il faut dire « ils vont aller au prison pour outrage à la république »

  • Albert le 20.05.2020 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    La punition est forte pour un mot ! Je ne passerai pas mes vacances dans ce pays de "LIBERTE".

  • NoComent le 20.05.2020 23:04 Report dénoncer ce commentaire

    Sachez le, Facebook est une vraie mine d'or pour tous les organismes gouvernementaux et professionnels, y compris chez nous, n'y mettez rien qui puisse se retourner contre vous

Les derniers commentaires

  • NoComent le 20.05.2020 23:04 Report dénoncer ce commentaire

    Sachez le, Facebook est une vraie mine d'or pour tous les organismes gouvernementaux et professionnels, y compris chez nous, n'y mettez rien qui puisse se retourner contre vous

  • Albert le 20.05.2020 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    La punition est forte pour un mot ! Je ne passerai pas mes vacances dans ce pays de "LIBERTE".

  • Asimov1973 le 20.05.2020 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La république élue n’est pas un régime.il faut dire « ils vont aller au prison pour outrage à la république »