Mise en garde

25 juin 2019 08:43; Act: 25.06.2019 10:57 Print

Daech constitue toujours «une menace» en Syrie

L'État islamique s'est lancé dans une campagne d'attentats visant à persuader les Syriens qu'il n'existe aucune alternative viable à sa domination.

storybild

L'État islamique utilise désormais comme arme les incendies dévastateurs dans des champs de blé.

Sur ce sujet
Une faute?

L'État islamique (EI) a perdu son «califat» il y a trois mois, mais des djihadistes continuent de perpétrer des attaques meurtrières et de semer le trouble dans plusieurs régions de Syrie, soulignent des experts. Il pratique notamment des assassinats ciblés et des incendies dévastateurs. Les forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par la coalition internationale dirigée par Washington, ont annoncé le 23 mars avoir éradiqué l'EI en Syrie, au terme d'une offensive de plusieurs mois contre son ultime bastion dans l'est du pays.

La reconquête par les FDS du village de Baghouz a marqué la fin du «califat» autoproclamé par l'organisation ultraradicale sur de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l'Irak voisin. Mais, tandis que les forces kurdes traquent les cellules dormantes du groupe dans le Nord-Est syrien, l'EI continue de lancer des attaques dans le pays en guerre. Le groupe extrémiste sunnite «n'a jamais cessé de constituer une menace dans le nord et l'est de la Syrie», déclare à l'AFP Nicolas Heras, chercheur du Center for New American Security.

«Cœurs et esprits»

Ces trois derniers mois, il a revendiqué plusieurs opérations dans les zones reconquises par les FDS, notamment des assassinats ciblés ainsi que des incendies dévastateurs dans des champs de blé. Le 1er juin, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles, un attentat à la voiture piégée a coûté la vie à dix civils et sept combattants des FDS à Raqqa, qui fut la capitale de facto du «califat».

Le 9 avril, un autre attentat suicide, toujours à Raqqa, avait fait 13 morts, principalement des civils. «L'EI est engagé dans une lutte acharnée avec les États-Unis et les FDS pour gagner les cœurs et les esprits de la population arabe locale», avance M. Heras.

Selon l'expert, des tactiques telles que les incendies et les assassinats rendent difficile la tâche de la reconstruction et l'avènement d'un nouvel ordre. Elles visent à persuader les habitants qu'il n'existe aucune alternative viable à l'EI, ajoute-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jean le 25.06.2019 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Entre temps nos pays en Europe sont entrain d'accepter le retour des femmes et des enfants des djihadistes. Nos gouvernements ne comprennent pas que ces gens représentent un danger potentiel !

Les derniers commentaires

  • jean le 25.06.2019 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Entre temps nos pays en Europe sont entrain d'accepter le retour des femmes et des enfants des djihadistes. Nos gouvernements ne comprennent pas que ces gens représentent un danger potentiel !