Émeutes en Angleterre

10 août 2011 13:23; Act: 11.08.2011 10:25 Print

David Cameron: «La riposte est en cours»

«Il fallait une riposte» face aux émeutes en Grande-Bretagne «et la riposte est en cours», a affirmé mercredi le Premier ministre britannique David Cameron.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les canons à eau, jusque-là réservés aux troubles en Irlande du Nord, province britannique en proie à des violences politico-religieuses fréquentes, seront disponibles «en cas de besoin sous 24 heures», a précisé M. Cameron depuis le perron de Downing Street à Londres, au terme d'une nouvelle réunion d'urgence de son gouvernement.

«La police est déjà autorisée à utiliser des balles en plastique», a-t-il déclaré, assurant qu'elle disposerait de «toutes les ressources dont elle a besoin» et serait autorisée à recourir à «toute tactique qu'elle juge nécessaire».

«Il est évident que certaines choses vont très mal dans notre société», a concédé M. Cameron, avant de saluer l'«approche plus énergique» de Scotland Yard qui a permis d'éviter à Londres une quatrième nuit de troubles.

Le nombre de policiers déployés dans la capitale britannique dans la nuit de mardi à mercredi a en effet quasi triplé, avec 16'000 membres des forces de sécurité à l'oeuvre dans les rues de Londres.

Toutefois, des émeutes ont éclaté mardi pour la première fois à Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, et ont repris notamment à Birmingham (centre), la deuxième ville du pays.

M. Cameron a jugé ces violences «inacceptables», affirmant que son gouvernement «n'accepterait pas ça dans son pays». «Nous ne laisserons pas une culture de la peur s'instaurer dans nos rues», a-t-il promis.

Le Premier ministre conservateur, rentré précipitamment de vacances dans la nuit de lundi à mardi en raison de ces émeutes, a ajouté que la police était en train d'interpeller des suspects identifiés sur les nombreuses caméras installées dans les rues.

Il a qualifié de «bidons les inquiétudes concernant les droits de l'Homme» au sujet de la publication par la police de photos de personnes soupçonnées d'être des pilleurs. Il a enfin souhaité que les personnes reconnues coupables d'implication dans les émeutes soient condamnées à des peines de prison.

La Grande-Bretagne est secouée depuis samedi par des violences déclenchées par la mort jeudi à Londres d'un jeune homme tué par la police.

L'essentiel Online / (AFP)