Aux Etats-Unis

11 mars 2018 10:29; Act: 11.03.2018 10:32 Print

De faux aveux d'O.J. Simpson refont surface

Dans une interview oubliée censée servir de base à un ouvrage, l'ex-star de foot US livre un compte-rendu fictif du double meurtre dont il a été accusé en 1994.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

L'affaire O.J. Simpson fait un retour remarqué à la télévision dimanche, avec la diffusion d'une interview oubliée de l'ancien champion de football américain, dans laquelle il livre un compte-rendu fictif du double meurtre dont il a été accusé en 1994. Les bandes de cet entretien, enregistré en 2006, étaient considérées comme perdues avant de refaire surface, assure la chaîne américaine Fox, qui les a obtenues et en a fait une émission spéciale de deux heures. Dans cette interview donnée à la productrice et éditrice Judith Regan, O.J. Simpson accepte de se projeter sur les lieux du crime, sous le prétexte que son récit des faits est imaginaire.

Le résultat prend la forme de faux aveux détaillés et dérangeants, notamment quand l'ex-star décrit saisir un couteau, perdre conscience de la réalité, et se rappeler une scène «couverte de sang». O.J. Simpson avait été accusé du meurtre de son ex-épouse, Nicole Brown Simpson, et d'un ami de celle-ci, Ron Goldman, en 1994 à Los Angeles. A l'issue d'un «procès du siècle» sur-médiatisé et où la question raciale avait joué un rôle de premier plan, il avait été acquitté en octobre 1995, ce verdict continuant de susciter la controverse près d'un quart de siècle après.

«C'était atroce»

«The Juice», ainsi qu'il est surnommé, avait paradoxalement été condamné au civil pour ces mêmes faits quelques mois plus tard. L'ex-joueur de la NFL, la ligue de football américain, a ensuite été emprisonné pour une attaque à main armée. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle en octobre 2017. Dans son interview de Simpson, Judith Regan demande à l'ancien suspect de lui relater «ce qui aurait pu se passer» la nuit des homicides. D'abord hésitant, l'ancienne vedette aujourd'hui âgée de 70 ans déclare: «Oubliez tout ce que vous pensez savoir au sujet de cette nuit, car je connais les faits mieux que personne. Il s'agit d'une histoire sur laquelle le monde entier s'est trompé».

Cette interview était censée servir de base à un livre intitulé «Si je l'avais fait», édité par HarperCollins. La maison d'édition avait finalement renoncé à sortir cet ouvrage face à la polémique soulevée. Simpson raconte s'être rendu au domicile de Nicole Brown Simpson avec un ami, prénommé Charlie, porteur d'une arme blanche. Il relate alors qu'une dispute a éclaté, opposant les deux hommes au duo formé par Nicole et Ron Goldman. «Les choses se sont envenimées. Je me souviens que Nicole est tombée et qu'elle s'est fait mal. Et le mec s'est mis à faire du karaté, et je me suis dit 'Eh bien, tu crois que tu peux me botter les fesses?'». «Je me souviens avoir saisi le couteau - je me souviens bien de cette séquence, quand j'ai pris le couteau de Charlie.«Après cela, honnêtement, je ne me souviens plus, à part que je me tiens là et qu'il y a plein de choses autour. Du sang et des choses», ajoute Simpson. «Tout était couvert, aurait été couvert de sang. C'était atroce. C'était vraiment atroce», conclut-il, en mêlant le présent et le conditionnel.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • moniquejeulet le 11.03.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    il a vraiment avoué, mais fait rajouter "if" devant le titre du livre pour ne pas que ses enfants lui en veulent

Les derniers commentaires

  • moniquejeulet le 11.03.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    il a vraiment avoué, mais fait rajouter "if" devant le titre du livre pour ne pas que ses enfants lui en veulent