Afghanistan

21 août 2018 09:30; Act: 21.08.2018 10:00 Print

De nombreuses roquettes tirées sur Kaboul

Alors que le président afghan a fait une offre de cessez-le-feu aux talibans, les combats s'intensifiaient mardi matin dans la capitale.

storybild

Kaboul est la cible de violences régulières. (Photo d'archives)

Sur ce sujet
Une faute?

De nombreuses roquettes ont été tirées sur Kaboul et des combats se déroulaient dans la ville mardi matin, alors que l'Afghanistan attendait encore une réponse des talibans à l'offre de cessez-le-feu du président Ashraf Ghani. Au moins une dizaine de roquettes sont tombées sur la capitale, a compté un journaliste de l'AFP. Un autre reporter a vu des hélicoptères militaires tirer à proximité d'une mosquée de la vieille ville de Kaboul, ainsi qu'une forte présence sécuritaire près du stade de la capitale.

«Un groupe de terroristes a pris le contrôle d'un bâtiment de Reka Khana (vieille ville) et tiré plusieurs roquettes en direction de Kaboul», a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Najib Danish. «Deux personnes ont été blessées. Les forces de sécurité sont en train de combattre les terroristes», a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la police de Kaboul, Hashmat Stanikzai, a confirmé des combats en cours près de la mosquée, sans toutefois pouvoir communiquer de bilan. «La police a bouclé la zone», a-t-il affirmé. Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué cette attaque, qui intervient au premier jour de la fête musulmane de l'Aïd. L'Afghanistan attendait toujours mardi la réponse des talibans à une offre de cessez-le-feu de trois mois faite dimanche soir par le président Ghani.

Discussions de paix

L'administration afghane a supprimé «tous les obstacles» à la paix, avait-il affirmé, «exhortant» les talibans «à se préparer à des discussions de paix basées sur les valeurs et principes islamiques». Le groupe État islamique, très actif sur Kaboul, n'avait toutefois pas été mentionné par Ashraf Ghani.

Quelques heures après l'intervention du chef de l'État afghan, les insurgés avaient fait savoir qu'ils libéreraient lundi des «centaines» de prisonniers «pour qu'ils puissent passer l'Aïd» el-kébir, qui démarre cette semaine, «avec leurs familles et amis». Il était toutefois difficile de savoir à quels détenus se référaient les talibans, qui n'ont depuis lors pas communiqué sur le cessez-le-feu.

(L'essentiel)