Législatives en Allemagne

26 septembre 2021 09:59; Act: 26.09.2021 18:26 Print

Début du vote pour tourner la page Merkel

Dimanche, les bureaux de vote ont ouvert pour permettre aux Allemands de choisir un successeur à la chancelière Angela Merkel.

storybild

L’Allemagne s’apprête à dire au revoir à Angela Merkel, au pouvoir durant seize ans. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche matin en Allemagne pour des législatives à suspense où sociaux-démocrates et conservateurs se disputent la succession d’Angela Merkel, qui va quitter la chancellerie après seize ans de pouvoir. Quelque 60,4 millions d’électeurs ont jusqu’à 18 heures pour élire leurs députés. Selon les ultimes sondages, les sociaux-démocrates de l’actuel ministre des Finances Olaf Scholz devancent légèrement, avec 25%, les conservateurs d’Armin Laschet, crédités de 22 à 23%, un score historiquement bas pour le parti de la chancelière sortante.

Les sociaux-démocrates de l’actuel ministre des Finances Olaf Scholz devancent légèrement, avec 25%, les conservateurs d’Armin Laschet, crédités de 22 à 23%, un score historiquement bas, selon d’ultimes sondages. L’écart est cependant trop ténu entre le centre-gauche et le centre-droit de la chancelière pour oser un pronostic.

Tractations

La publication des premières estimations à la sortie des urnes ne devrait pas forcément permettre d’y voir plus clair: nombre d’électeurs, dont Angela Merkel, ont en effet choisi le vote par correspondance, non pris en compte dans cette première photographie du scrutin.

Le nom du futur chancelier et la composition de sa probable majorité risquent ainsi de pas être connus dès dimanche soir. De longues tractations seront quoi qu’il arrive nécessaires dans les prochains mois pour former le futur attelage au pouvoir, au risque d’entraîner une paralysie européenne jusqu’au premier trimestre 2022. Angela Merkel, qui s’apprête à se retirer de la vie politique, pourrait devoir rester aux commandes d’ici la fin de l’année pour expédier les affaires courantes.

Merkel appelle à Laschet

Après s’être tenue à l’écart des joutes électorales, la chancelière, qui va égaler avec 16 années à la chancellerie son mentor Helmut Kohl, n’a pas ménagé ses efforts dans la dernière ligne droite. Lors de son dernier meeting en tant que chancelière, Angela Merkel, 67 ans dont plus de 30 en politique, a appelé samedi à Aix-la-Chapelle à voter pour Armin Laschet au nom de «l’avenir» du pays.

L’engagement d’une chancelière dont la popularité reste au zénith suffira-t-il pour empêcher la victoire du SPD? Rien n’est moins sûr. Longtemps englué à la troisième place des sondages, le SPD a effectué à partir de la mi-août une improbable remontada. Les erreurs de ses adversaires, conjuguées au quasi sans-faute de son chef de file, de tendance centriste, ont permis de faire mentir les pronostics qui promettaient à l’un des plus vieux partis d’Europe une mort lente.

Goût amer

Ancien maire de Hambourg, son candidat, bien que dénué de charisme, a mené une campagne sans accroc, n’hésitant pas à se poser, jusque dans la gestuelle, en véritable héritier d’Angela Merkel. Longtemps en tête des intentions de vote, les chrétiens-démocrates risquent eux de tomber pour la première fois depuis 1949 sous la barre symbolique des 30%. Outre l’usure du pouvoir, l’union conservatrice a pâti de la mauvaise campagne de son chef de file, maladroit et impopulaire.

Président de la CDU et de la plus vaste région, la Rhénanie du nord-Westphalie, M. Laschet a la réputation de toujours retomber sur ses pieds et de se défaire des adversaires les plus coriaces. Mais la marche semble cette fois bien haute pour le candidat conservateur, qui a imposé sa candidature lors d’une terrible guerre des chefs contre le dirigeant bavarois Markus Söder, bien plus populaire que lui.

Troisième place pour les Verts

L’épouvantail d’une coalition de gauche, agité par les conservateurs, pourrait toutefois mobiliser les indécis. Les Verts devraient se contenter de la troisième place, avec environ 17%. Ce score serait historique pour des Grünen qui n’ont jusqu’ici dépassé la barre des 10% qu’en 2009. Mais il leur laisserait un goût amer car ils étaient en avril encore en tête des sondages, dans une Allemagne inquiète du changement climatique.

Leur cheffe de file Annalena Baerbock, 40 ans, a multiplié les couacs avant l’été, entre accusations de plagiat et primes non déclarées. Les Verts souhaitent participer au gouvernement, si possible avec les sociaux-démocrates. Pour la première fois depuis les années 1950, l’appoint d’un troisième parti devrait toutefois être nécessaire. Les libéraux du FDP apparaissent d’ores et déjà comme un potentiel «faiseur de roi». La gauche radicale Die Linke semble être prête à participer mais devra d’abord renoncer à ses critiques contre l’Otan. L’extrême droite AfD, entrée pour la première fois au Bundestag il y a quatre ans, devrait confirmer son ancrage parlementaire avec environ 10% mais reste exclue de toute coalition éventuelle.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 26.09.2021 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    La fin de l'Allemagne imperiale??

  • vino le 26.09.2021 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    ceux qui sont à l'horizont ne sont guère mieux...surtout les verts!!!

  • Vladimir Vladimirovitch P le 27.09.2021 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    C'est triste pour le leader suprême le l'Allemagne de finir comme ça ...

Les derniers commentaires

  • Vladimir Vladimirovitch P le 27.09.2021 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    C'est triste pour le leader suprême le l'Allemagne de finir comme ça ...

  • bonsens le 26.09.2021 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui, on veut des politiciens sans charisme qui font juste leur travail (défendre les intérêts du pays) qui sont payés pour ça (au juste prix) et qui ne viennent surtout pas rivaliser avec des dictateurs mégalomanes qui se croient tout permis. C’est ça la gouvernance propre!

  • DOM le 26.09.2021 11:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec le départ de Merkel, Erdogan perd son plus cher allié européen. Merkel a toujours protégé Ankara de sanctions européennes plus sévères. Elle a joué un rôle déterminant dans l'adoption de l'accord sur les réfugiés. La médiocre côte de popularité d'Armin Laschet dans les sondages , une coalition...., le repas dominical d'aujourd'hui risque d'être indigeste pour Erdogan !

  • Ex parisien. le 26.09.2021 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La France devrait s inspirer du régime fédéral allemand. Le régime présidentiel français à vécu.

  • Luxo le 26.09.2021 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    La fin de l'Allemagne imperiale??