Au Pérou

11 janvier 2019 07:43; Act: 11.01.2019 10:32 Print

Des anti-​​Maduro forcent l'entrée de l'ambassade

Une vingtaine de Vénézuéliens ont violemment fait irruption, jeudi, dans l'ambassade de leur pays à Lima. Opposés au nouveau mandat du président Nicolas Maduro.

Sur ce sujet
Une faute?

La police péruvienne antiémeute a lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants antichavistes. Les personnes qui sont entrées dans la représentation diplomatique en ont été délogées et ont rejoint les autres protestataires pour continuer à scander des mots d'ordre à l'encontre de M. Maduro, qui a entamé jeudi un second mandat de six ans, dénoncé par une grande partie de la communauté internationale.

«Maduro n'est pas notre président, c'est un dictateur communiste, nous devons être ici pour protester face à sa prestation de serment», a dit à l'AFP devant l'ambassade vénézuélienne Julieta Garcia, une manifestante qui a émigré de Caracas il y a neuf mois. «C'est un sentiment de honte, de voir un homme qui a détruit un pays rester au gouvernement, et que les militaires le soutiennent», a-t-elle ajouté en pleurant.

«Attaques de bandits»

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a pointé la responsabilité du gouvernement péruvien pour assurer la sécurité des diplomates vénézuéliens accrédités à Lima, à la suite des troubles devant l'ambassade. «Nous rendons responsable le gouvernement du Pérou de toute conséquence pour notre personnel diplomatique et notre ambassade à Lima, qui ont été aujourd'hui (jeudi) l'objet de plusieurs attaques, y compris d'un groupe de bandits qui est entré dans notre bâtiment», a déclaré le ministre sur Twitter.

L'ambassade vénézuélienne de Lima a diffusé des images filmées par ses caméras de surveillance où l'on voit une vingtaine de personnes venues de la rue entrer par effraction dans les locaux, après avoir forcé le portail d'entrée.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.