Selon des journalistes

27 mai 2013 08:48; Act: 27.05.2013 10:45 Print

Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie

Le quotidien français «Le Monde» affirme lundi que les forces de Bachar-el-Assad font usage d'armes chimiques dans la région de la capitale syrienne Damas. Du gaz sarin aurait notamment été employé.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Présents sur place pendant plusieurs semaines, un reporter texte et un photographe du quotidien français Le Monde accompagnant les rebelles syriens affirment avoir constaté par eux-mêmes les effets de l'usage de gaz toxiques par les forces gouvernementales dans le faubourg de Jobar, «à moins de 500 mètres de la place des Abbasides», non loin du centre de la capitale syrienne. Ils disent avoir aussi recueilli les témoignages de médecins dans la Ghouta, une zone tenue par les rebelles dans la périphérie Est de Damas, faisant état d'un usage régulier d'armes chimiques par les forces de Bachar-el-Assad. Ces médecins soupçonnent notamment l'utilisation de gaz sarin.

«De cela, les envoyés spéciaux du Monde ont été témoins plusieurs jours d'affilée dans (le) quartier (de Jobar) à la sortie de Damas où la rébellion a pénétré en janvier», écrit le quotidien. «Mais, au cours d'un reportage de deux mois dans les environs de la capitale syrienne, nous avons réuni des éléments comparables dans une couronne beaucoup plus large. La gravité des cas, leur multiplication, la tactique d'emploi de telles armes montrent qu'il ne s'agit pas de simples gaz lacrymogènes utilisés sur les fronts, mais de produits d'une autre classe, bien plus toxiques.»

Informations croissantes

Le Monde rapporte notamment que, à la suite d'une «attaque chimique sur une zone du front de Jobar, le 13 avril», son photographe «souffrira, quatre jours durant, de troubles visuels et respiratoires». Les Nations Unies ont déclaré mercredi recevoir des «informations croissantes» sur l'usage d'armes chimiques en Syrie. L'ONU a formé une commission d'experts pour enquêter sur le sujet mais celle-ci attend toujours d'être autorisée à se rendre sur place.

Le régime syrien et les rebelles qui cherchent à le renverser s'accusent réciproquement d'utiliser de telles armes. Barack Obama a fait de l'usage d'armes chimiques une «ligne rouge» à ne pas franchir par le régime syrien, sous peine d'une réaction des États-Unis. Le président américain juge cependant qu'il ne dispose pas de preuve irréfutable pour le moment à ce sujet.


Guerre chimique à Damas par lemondefr

(L'essentiel Online/ats)