AU Pakistan

04 décembre 2021 13:09; Act: 04.12.2021 13:26 Print

Des arrestations après le lynchage d’un Sri-​​lankais

Vendredi, un directeur d’usine sri-lankais a été battu à mort et immolé par le feu par une foule qui l’accusait de blasphème.

storybild

À Sialkot, le 3 décembre 2021. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées au Pakistan après le meurtre d’un directeur d’usine sri-lankais battu à mort et immolé par le feu par une foule qui l’accusait de blasphème, ont annoncé samedi des responsables locaux.

Ce meurtre sauvage, documenté par des vidéos relayées par les réseaux sociaux, a choqué, le Premier ministre Imran Khan évoquant un «jour de honte pour le Pakistan». La question du blasphème est particulièrement sensible au Pakistan, où des allégations souvent non prouvées d’offense à l’islam ont plusieurs fois provoqué des lynchages meurtriers ces dernières années. Elle est régulièrement utilisée comme prétexte dans des disputes qui n’ont au départ rien à voir avec la religion, soulignent les organisations de défense des droits de l’Homme.

Le meurtre a eu lieu vendredi à Sialkot, dans la province du Pendjab, à environ 200 km au sud-est de la capitale Islamabad, après la diffusion de rumeurs indiquant que le directeur d’usine s’est rendu «coupable de blasphème», selon la police. «Une rumeur s’est répandue dans l’usine selon laquelle le responsable avait déchiré une affiche religieuse et l’avait jetée dans une poubelle», a déclaré à l’AFP Zulfiqar Ali, un officier de police local.

Plusieurs pistes

Jusqu’à 120 personnes, dont l’un des principaux suspects, ont été arrêtées à la suite du meurtre, a indiqué à l’AFP Khurram Shehzad, un porte-parole de la police. Selon Tahir Ashrafi, représentant spécial du Premier ministre pour l’harmonie entre les religions, les ouvriers de l’usine s’étaient plaints avant le meurtre de la trop grande sévérité du responsable. «Les experts de la police enquêtent sur l’affaire, explorant plusieurs pistes, dont la possibilité que des employés de l’usine aient utilisé l’excuse de la religion pour se venger contre le responsable», a confié Tahir Ashrafi.

Des vidéos diffusées sur Twitter montrent la victime frappée par des individus, dont certains hurlent des slogans dénonçant le blasphème. D’autres images laissent ensuite apparaître son corps entièrement brûlé devant une foule de plusieurs dizaines d’hommes. Nombreux sont ceux qui ne font aucun effort pour cacher leur visage et vont même jusqu’à prendre des selfies devant le corps en feu. «La foule regardait tout cela en silence, et personne n’a tenté de lui porter secours», a déclaré à l’AFP Malik Naseem Awan, un avocat de Sialkot, en se disant profondément choqué.

Presque tous les partis politiques et religieux, ainsi que la puissante armée, ont condamné le meurtre. Un responsable pakistanais a indiqué à l’AFP qu’Islamabad avait assuré aux diplomates sri-lankais que «tous ceux qui sont impliqués dans ce crime haineux» seraient «traduits en justice».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.