Conflit syrien

10 février 2020 08:38; Act: 10.02.2020 11:20 Print

Des civils tués dans de nouveaux raids en Syrie

Un nouveau bombardement sur le nord-est de la Syrie, de la part du régime contre les jihadistes, a fait cinq nouvelles victimes, lundi matin.

storybild

Les bombardements et les tirs de roquette se sont enchaînés ces derniers jours. (photo: AFP/Omar Haj Kadour)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins cinq civils ont été tués lundi, à l'aube, dans de nouveaux raids russes sur le nord-ouest de la Syrie, où les forces du régime syrien, soutenues par Moscou, intensifient leur pilonnage du dernier bastion sous contrôle jihadiste et rebelle, selon une ONG. Ce nouveau bilan porte à 25 le nombre de civils tués en moins de 24 heures dans des bombardements du régime syrien et de son allié russe, notamment dans l'ouest d'Alep, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

«Cinq civils, dont un enfant, ont été tués dans des frappes russes dans la nuit de dimanche à lundi, sur le village d'Abine, dans l'ouest de la province d'Alep», a indiqué l'OSDH. «Le bilan pourrait s'alourdir, des blessés dans un état critique se trouvant encore sous les décombres», a ajouté l'Observatoire. Parmi les 25 victimes depuis dimanche, 19 ont péri dans des frappes russes, contre six dans des bombardements des forces du régime, selon l'OSDH. Les frappes sont axées notamment sur le secteur encore aux mains des jihadistes et rebelles jouxtant l'ultime tronçon de l'autoroute stratégique M5 que le régime cherche à reconquérir.

Dernière grande bataille

Depuis décembre, le régime de Bachar el-Assad a lancé une nouvelle offensive dans la région d'Idleb avec en ligne de mire la reconquête de cet axe routier clé, qui relie la grande ville d'Alep à la capitale Damas. Un peu plus de la moitié de la province d'Idleb et des secteurs attenants des provinces voisines d'Alep, Hama et Lattaquié, sont toujours dominés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). La région abrite aussi d'autres groupuscules jihadistes et des groupes rebelles affaiblis.

Pour le régime syrien, le front de la région d'Idleb représente la dernière grande bataille stratégique: Damas contrôle désormais plus de 70% du territoire national, selon l'OSDH. Le conflit en Syrie a fait plus de 380 000 morts depuis 2011 et jeté sur la route de l'exil plus de la moitié de la population d'avant-guerre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.