Pays en crise

11 août 2015 11:19; Act: 11.08.2015 12:07 Print

Des discussions pour sortir la Libye du chaos

Une nouvelle session de pourparlers de paix inter-libyens doit se tenir mardi aux Nations unies, à Genève, sous la direction de l'émissaire de l'ONU en Libye, Bernardino Leon.

storybild

La Libye compte actuellement deux gouvernements rivaux. (photo: AFP/Mahmud Turkia)

Sur ce sujet
Une faute?

M. Leon avait demandé dans un communiqué, la semaine dernière, aux «parties impliquées dans le dialogue de redoubler d'efforts pour réduire les divergences et parvenir à une entente qui sera la base d'un règlement au pacifique au conflit politique et militaire» secouant le pays. Plus de trois ans après la chute du régime Kadhafi, la Libye, en proie au chaos, compte deux Parlements (et deux gouvernements) rivaux, l'un basé à Tripoli sous la coupe de la coalition de milices Fajr Libya, et l'autre dans l'est, le seul reconnu par la communauté internationale.

Le 11 juillet, des parties libyennes ont paraphé au Maroc un accord «de paix et de réconciliation» au terme de plusieurs mois de négociations sous l'égide de l'ONU. Mais cela s'est fait en l'absence des représentants du Congrès général national (CGN), le Parlement siégeant à Tripoli et non reconnu. Ces derniers ont indiqué que leurs demandes de modifications de l'accord n'avaient pas été satisfaites et n'ont pas paraphé l'accord.

«Même si certaines parties ont des réserves sur ce qui a été accompli jusqu'à présent, il est important de poursuivre le processus et régler de façon commune et par le dialogue les questions litigieuses», avait plaidé M. Leon. «Une délégation du CGN est attendue» pour participer à cette session qui doit durer deux jours, a finalement indiqué mardi matin, le porte-parole des Nations unies Ahmad Fawzi.

(L'essentiel/AFP)