Contestation

06 mars 2021 19:12; Act: 06.03.2021 23:05 Print

Des enseignes françaises pillées au Sénégal

Après des scènes de guérilla et le pillage de magasins, notamment français, le Mouvement de défense de la démocratie a appelé les Sénégalais «à descendre massivement dans les rues».

Sur ce sujet
Une faute?

Cet appel lancé lors d'une conférence de presse à Dakar survient après plusieurs jours de violences opposant les forces de l'ordre à des groupes de jeunes réclamant la libération de l'opposant Ousmane Sonko.

Le collectif de contestation, qui regroupe des partis politiques, dont le parti de M. Sonko, Pastef-Les Patriotes, des associations et des membres de la société civile, réclame «la libération immédiate de tous les prisonniers politiques illégalement et arbitrairement détenus» et le «respect du droit de manifester».

Au moins quatre personnes ont été tuées au cours de scènes de guérilla urbaine opposant les forces de l'ordre et des groupes de jeunes réclamant la libération de l'opposant Ousmane Sonko, dont l'arrestation a libéré une exaspération accumulée devant la dureté des conditions de vie.

Profil antisystème

M. Sonko a été arrêté officiellement pour trouble à l'ordre public, alors qu'il se rendait en cortège au tribunal où il était convoqué pour répondre à des accusations de viol portées contre lui par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos.

Personnalité au profil antisystème, le député crie au complot ourdi par le président Sall pour l'écarter de la prochaine présidentielle. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a condamné samedi les violences survenues ces derniers jours au Sénégal, appelant «toutes les parties à la retenue et au calme».

Vendredi soir, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres s'était dit «très préoccupé» et a appelé «à éviter une escalade» de violence. Les tensions, dans un pays habituellement considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest, se sont intensifiées sans perspective apparente d'apaisement, la justice ayant maintenu M. Sonko en garde à vue.

Défiance contre la France

Plusieurs quartiers de Dakar et de villes de l'intérieur ont connu des affrontements d'une ampleur inconnue depuis plusieurs années, bien que la riposte policière semble se limiter essentiellement aux moyens anti-émeutes.

Plusieurs enseignes françaises ont été pillées. C'est notamment le cas des magasins Auchan. Les manifestants reprochent à la France de soutenir le président actuellement au pouvoir et le pouvoir économique trop important des étrangers qui captent une grande partie des richesses.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justice le 06.03.2021 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Avec ces gens là c est toujours notre faute. Et nos dirigeants certainement contre la volonté de la majorité n arrêtent pas d augmenter l aide au développement.

  • Abalus le 07.03.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @petit maître vous êtes hors sujet monsieur et pour les aides tout le monde profite des aides mon cher même les riches,toujours voir le mauvais d'un côté mais pas de l'autre

  • olivier le 06.03.2021 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ne sont jamais content d'un président élu.

Les derniers commentaires

  • Africain le 07.03.2021 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi c'est toujours aux magasins français qu'on s'attaque ? c'est parce que les dirigeants français sont en partie le problème dans ses pays. Soutenir des dirigeants dictateurs qui laissent leurs pays à la France. Les français ne sont pas les seuls européens à investir en Afrique. Mais les français exploitent trop les africains et nous en souffrons.Partant de Sarkozy, Bolloré ,Debbash,Total ... Togo, Côté d'ivoire, Sénégal, mali,Guinée... La nouvelle génération souffre et ne compte pas se taire

  • Abalus le 07.03.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @petit maître vous êtes hors sujet monsieur et pour les aides tout le monde profite des aides mon cher même les riches,toujours voir le mauvais d'un côté mais pas de l'autre

  • Réalité triste et dure le 07.03.2021 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait peut-être foutre la paix à l'Afrique. Mais nos dirigeants aiment trop les richesses qu'offre ce grand pays. Ils vous parlent d'aide humanitaire, mais c'est faux. La seule raison est l'exploitation des autres. Le vivre ensemble ne peut pas fonctionner de cette façon. Observez ici chez nous. Il n'y a pas de réelle amitié entre ces cultures différentes. Pour s'unir, il faut se respecter. Hors, ce n'est pas le cas, ni dans un sens, ni dans l'autre.

  • Le Senegalais le 07.03.2021 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Afrique est le continent le plus riche au monde avec son sous-sol où il y a du gaz du pétrole de l’or et du diamant mais malheureusement nos dirigeants sont à la merci de la France qui nous exploite depuis 1960. Maintenant le peuple s’est réveillé et demande des comptes. Ce pillage c’est comme ce qui s’est passé en France avec les gilets jaunes sur les champs Élysée. Il y’a toujours des pillages lors des manifestations de cette envergure. Vive le Sénégal citoyen sénégalais vivant à Esch

  • Marianne le 07.03.2021 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    J'aime bien "Défiance contre la France", les gouvernements successifs se mêlent trop de ce qui se passe ailleurs que dans l'Hexagone. Pourtant il y a de quoi faire ...