En Thaïlande

14 novembre 2020 16:26; Act: 14.11.2020 16:31 Print

Des manifestants s’approprient un monument

Samedi, des protestataires réclamant une réforme de la monarchie ont déroulé une banderole géante sur le Monument pour la Démocratie dans le capitale thaïlandaise.

storybild

Les manifestants pro-démocratie ont recouvert d’une vaste banderole le monument haut de trois mètres. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des manifestants pro-démocratie en Thaïlande ont grimpé samedi soir sur un monument à Bangkok pour y dérouler une banderole géante appelant à une réforme de la monarchie et critiquant le gouvernement.

«Vous êtes en train de me voler mon avenir»

Les manifestants, qui défilent depuis l’été, réclament la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, un militaire porté au pouvoir par un coup d’Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées l’année dernière, ainsi que des réformes démocratiques.

Des milliers de manifestants avaient répondu à un appel au rassemblement sous le thème du carnaval appelé «Mob Fest» au Monument pour la Démocratie, à un carrefour central de Bangkok.

Dans l’après-midi, des lycéens et d’autres manifestants pro-démocratie ont écrit des slogans au marqueur et peint des messages à la bombe sur des draps blancs géants. «Vous êtes en train de me voler mon brillant avenir», affirmait un message. «La démocratie va gagner», disait un autre.

«C’est un acte symbolique de libre expression», a affirmé à l’AFP Pearl, une graphiste de 25 ans, qui regardait un groupe de protestataires utiliser une échelle pour escalader le monument haut de trois mètres, surmonté d’une tourelle, au son du tambour de musiciens.

Passage du cortège royal

Les protestataires ont entonné une version thaïe de la chanson des Misérables «A la volonté du peuple» et ont fait le salut à trois doigts, un signe de ralliement inspiré par les films «Hunger Games». Auparavant, ils avaient fait le même geste au passage du cortège royal.

Le roi Maha Vajiralongkorn et la reine Suthida se rendaient dans un autre quartier de la ville pour y inaugurer une nouvelle ligne ferroviaire, alors que des milliers de monarchistes, vêtus de jaune, s’étaient rassemblés pour exprimer leur soutien.

Dans l’après-midi, des lycéens en colère, se faisant appeler le Mouvement des mauvais élèves, s’étaient rassemblés devant le ministère de l’Education avant de se joindre à la protestation. Ils réclament la démission du ministre de l’Education Nataphol Teepsuwan et ont mis en scène un simulacre d’enterrement.

Réforme du système éducatif

«Il a échoué à réformer le système éducatif, par conséquent il est mort pour nous», a affirmé à l’AFP Anna, 15 ans, en mettant des fleurs dans un cercueil en bois, près d’un portrait du ministre. Les étudiants demandent un remaniement du système scolaire ainsi que le changement des programmes d’enseignement, des règles strictes, des codes vestimentaires et des coupes de cheveux réglementaires.

Les autorités ont déployé 8000 policiers en prévision des protestations de samedi, qui doivent se poursuivre jusqu’à minuit. Dimanche dernier, la police a eu recours aux canons à eau pour disperser les manifestants, pour la deuxième fois consécutive.

(L'essentiel/AFPE/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.