Papouasie

12 février 2019 17:31; Act: 12.02.2019 17:54 Print

Des Maserati du sommet de l'Apec ont disparu

Les bolides achetés par le gouvernement papouasien pour le sommet Asie-Pacifique auraient dû être revendus. Or personne ne sait où certains se trouvent désormais.

storybild

La police n'a pas répondu aux demandes de précisions sur le nombre de voitures manquant à l'appel. (photo: AirBridgeCargo)

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs des Maserati qui avaient été achetées pour le sommet Asie-Pacifique de l'automne dernier à Port Moresby ont disparu, a reconnu mardi la Papouasie-Nouvelle-Guinée qui a ouvert une enquête pour les retrouver. Le gouvernement papouasien avait essuyé un torrent de critiques pour avoir dépensé des millions d'euros - notamment pour une flotte de voitures de luxe - pour accueillir les dignitaires qui participaient en novembre au forum de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec). Mais il s'était engagé à couvrir une partie des frais en revendant les véhicules. Sauf que la police a été contrainte de reconnaître qu'elle ne savait pas où elles se trouvaient.

«Une équipe de la police a été dépêchée dans le district de la capitale fédérale pour récupérer tous les biens de l'État, y compris les voitures achetées pour les réunions de l'Apec», a indiqué la police dans un communiqué. La police n'a pas répondu aux demandes de précisions sur le nombre de voitures manquant à l'appel ni sur les personnes soupçonnées de les avoir prises.

Un homme arrêté

De nombreuses voix s'étaient élevées pour critiquer l'achat de ces luxueuses voitures, jugeant que l'argent ainsi dépensé l'aurait été plus utilement pour remédier aux problèmes sociaux d'un pays où la polio et la tuberculose ont refait leur apparition. Le gouvernement du Premier ministre Peter O'Neill avait affirmé que les voitures de luxe étaient indispensables lors d'événements prestigieux comme l'Apec et qu'elles seraient revendues au secteur privé après le sommet. Il avait soutenu que les acheteurs se bousculaient au portillon, ce qu'avait démenti l'opposition.

Pendant le sommet, on pouvait voir les célèbres voitures fabriquées par le constructeur Fiat Chrysler Automobile garées dans un entrepôt sur les quais. La police avait dit avoir arrêté un homme qui avait utilisé des accréditations de l'Apec pour entrer dans la zone et siphonner leurs réservoirs.

(L'essentiel/nxp/afp)