Dialogue historique

09 août 2020 12:20; Act: 10.08.2020 12:45 Print

Des pourparlers de paix vont débuter en Afghanistan

Après la libération de prisonniers, le dialogue de paix inédit entre les autorités afghanes et les talibans va pouvoir commencer, a-t-il été annoncé dimanche.

storybild

La grande assemblée a validé la libération des derniers prisonniers. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des pourparlers de paix historiques entre Kaboul et les talibans vont débuter, après la décision par une grande assemblée de libérer 400 prisonniers talibans coupables de crimes graves. «Nous sommes sur le point de débuter les négociations de paix», a assuré Abdullah Abdullah, responsable gouvernemental chargé des pourparlers. «Les discussions interafghanes devraient débuter d'ici un ou deux jours après la libération des 400 prisonniers», a quant a lui déclaré l'ex-président Hamid Karzaï.

L'avenir des prisonniers représente un enjeu crucial dans l'ouverture de négociations, les deux camps s’étant engagés dans un échange de prisonniers qui doit précéder ces discussions. «Aujourd'hui je signerai un décret pour relâcher les 400 prisonniers restants», a confirmé le président afghan Ashraf Ghani. Kaboul a déjà relâché près de 5 000 prisonniers talibans, mais les autorités afghanes ont jusqu'ici refusé de libérer les 400 derniers captifs réclamés par les insurgés. Certains sont impliqués dans des attaques meurtrières tuant Afghans et étrangers. La résolution qui recommande la libération des prisonniers a été adoptée après trois jours de discussions entre des milliers de dignitaires afghans.

La décision critiquée

«Les talibans doivent maintenant démontrer qu'ils n'ont pas peur d'un cessez-le-feu national», a précisé le chef d'État afghan dimanche, faisant référence à une demande de la grande assemblée pour une trêve «sérieuse, immédiate et durable» à travers le pays. Dans ses recommandations, l’instance a aussi réclamé la libération par les talibans «de tous les prisonniers civils et militaires du gouvernement» ainsi que la garantie «que les captifs libérés par le gouvernement ne retourneraient pas sur le champ de bataille, et que leurs activités seraient surveillées». Si des étrangers se trouvent parmi eux, ils devront être transmis à leur gouvernement respectif.

La décision ne fait pas l'unanimité parmi les Afghans. Lors du premier jour de la grande assemblée, la députée Belquis Roshan avait interrompu le président Ghani, brandissant une bannière sur laquelle on pouvait lire: «Racheter les talibans est une trahison nationale». Les Américains, quant à eux, avaient insisté pour ces libérations, prévues dans l'accord signé entre Washington et les talibans en février en vue d'un retrait des troupes américaines d’ici mi-2021. Le secrétaire américain à la Défense Mark Esper a annoncé samedi sur la chaîne de télévision Fox News que Washington réduirait ses troupes en Afghanistan à moins de 5 000 d'ici fin novembre si certaines conditions étaient respectées.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Baron Rouge le 09.08.2020 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bombes atomiques à volonté sur ce cancer de l’humanité !

Les derniers commentaires

  • Baron Rouge le 09.08.2020 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bombes atomiques à volonté sur ce cancer de l’humanité !