Aux États-Unis

18 septembre 2018 22:35; Act: 19.09.2018 11:53 Print

Des salariés de McDo dénoncent le harcèlement

Des employés de McDonald's, de dix villes américaines, se sont mis en grève mardi, pour protester contre le manque d'efforts faits par l'entreprise pour défendre ses employés.

storybild

Ces salariés reprochent au géant de la restauration rapide de ne pas faire assez pour les protéger contre les attouchements ou les commentaires déplacés. (photo: AFP/Scott Olson)

Sur ce sujet
Une faute?

Des employés de McDonald's, de dix villes américaines, se sont mis en grève, mardi, pour protester, dans la lignée du mouvement #MeToo, contre le manque d'efforts faits par l'entreprise pour défendre ses employés contre le harcèlement sexuel. Ces salariés, qui occupent des emplois très souvent précaires, reprochent au géant de la restauration rapide de ne pas faire assez pour les protéger contre les attouchements ou les commentaires déplacés.

«Je suis en grève et je suis ici aujourd'hui pour demander du changement», a expliqué Theresa Cervantes, qui dénonce le harcèlement des managers sur les employés. Cette jeune femme de 20 ans manifestait avec des dizaines d'autres employés, pour la plupart des femmes, devant le siège social de l'entreprise, à Chicago. «Le harcèlement sexuel est un problème universel. C'est une maladie», a-t-elle appuyé. Des manifestants sont également descendus dans la rue à travers le pays, dans des villes comme Kansas City ou Saint-Louis.

Ce mouvement social intervient quatre mois après que plusieurs employées ont porté plainte contre l'entreprise devant l'EEOC, l'agence fédérale chargée de promouvoir l'égalité dans le monde du travail. «Nous ne pouvons plus accepter qu'un travailleur sur deux subisse de la violence sous la supervision» de McDonald's, a déclaré Karla Altmayer, organisatrice de la manifestation à Chicago.

Contactée par l'AFP, l'entreprise n'a pas réagi.

(L'essentiel/afp)