Mort suspecte

12 août 2019 08:12; Act: 12.08.2019 11:51 Print

Des spéculations autour du suicide d'Epstein

L'annonce de la mort du financier proche de la jet-set et du monde politique américain a laissé perplexe, certains ne croyant pas au suicide.

storybild

Jeffrey Epstein a été retrouvé sans vie dans sa cellule samedi. (photo: AFP/ho)

Sur ce sujet
Une faute?

Théories du complot, interrogations et spéculations font rage aux États-Unis après la mort en prison du riche financier et membre de la jet set Jeffrey Epstein. Les causes de la mort de ce sexagénaire, incarcéré depuis juillet pour de multiples agressions sexuelles présumées sur mineures, qualifiée samedi «d'apparent suicide» par l'administration pénitentiaire, restent à confirmer. La médecin légiste en chef de New York Barbara Sampson, a indiqué dimanche, après avoir procédé à l'autopsie, avoir besoin de «plus d'informations» avant de pouvoir rendre ses conclusions.

La mort de Jeffrey Epstein dans sa cellule de la prison fédérale de Manhattan a suscité une forte indignation. De nombreuses personnalités politiques ont exigé des explications. La prison où se trouvait Epstein, le Metropolitan Correctional Center, est réputée l'une des plus sûres du pays. Le ministre américain de la Justice William Barr s'est dit lui-même dès samedi effaré. Des responsables pénitentiaires ont indiqué que les procédures prévues pour la surveillance de Jeffrey Epstein n'avaient pas été respectées: des rondes, prévues toutes les 30 minutes, n'avaient pas eu lieu, il était seul dans sa cellule alors que la règle veut qu'ils soient deux. Ces informations sont survenues alors que se propageaient un peu partout des théories du complot, rejetant l'idée d'un suicide.

Retweet de Donald Trump

Longtemps proche des cercles du pouvoir, Jeffrey Epstein était accusé d'avoir fait venir, pendant plusieurs années, des jeunes adolescentes dans ses luxueuses résidences, les forçant à des massages qui tournaient presque toujours aux rapports sexuels forcés. Beaucoup sur les réseaux sociaux, sous le mot-clé #EpsteinMurder, voulaient croire au meurtre de cet homme qui avait invité de nombreux puissants, dont Donald Trump, Bill Clinton ou le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II. Certains d'entre eux risquaient de se retrouver, sinon dans le viseur de la justice, au moins dans l'embarras à l'approche de son procès.

Donald Trump a lui-même encouragé les théories les plus folles, en retweetant samedi soir une vidéo publiée par le comédien Terrence Williams, affirmant qu'Epstein «avait des informations sur Bill Clinton» et en sous-entendant que cela serait lié à sa mort. Pour alimenter l'idée d'un complot, beaucoup mettaient en avant les 2 000 pages de documents judiciaires rendues publiques vendredi, détaillant les accusations contre Epstein émanant d'une certaine Virginia Giuffre. Dans ces documents, elle citait plusieurs hommes politiques avec lesquels elle aurait été forcée par Epstein d'avoir des relations sexuelles. Tous ont démenti.

(L'essentiel/afp)