Aux Philippines

20 mai 2019 09:14; Act: 20.05.2019 09:19 Print

Des villages s'enfoncent peu à peu dans le sol

Au nord des Philippines, des villages s'enfoncent inexorablement à cause, entre autres, du pompage abusif des nappes phréatiques.

storybild

Certaines régions s'enfoncent dans le sol de quatre à six centimètres par an depuis 2003, selon des observations satellites. (Dimanche 19 mai 2019)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand Mary Anne San Jose a déménagé à Sitio Pariahan il y a plus de 20 ans, elle se rendait à l'église à pied. Mais aujourd'hui, il lui faudrait nager pour rejoindre l'édifice aux murs incrustés de coquillages. La cause principale de cet état de fait n'est pourtant pas la montée des eaux, consécutive au changement climatique, qui menace des millions de personnes dans l'archipel et dans le monde entier. Le responsable, c'est l'enfoncement graduel dans les entrailles de la terre de cette localité côtière du nord des Philippines, comme d'autres dans la région.

Les villages sont inondés par l'eau saumâtre de la Baie de Manille et des milliers de personnes sont déplacées. Les experts parlent de lente catastrophe, provoquée essentiellement par le pompage abusif des nappes phréatiques - souvent par le biais de puits illégaux - afin d'alimenter des maisons, des usines, des fermes, dans un contexte de boom économique et démographique. L'ampleur du désastre est bien plus grande que celle représentée par la montée du niveau des océans, avec à la clef d'importants risques encourus par bon nombre des 13 millions d'habitants de la capitale philippine.

«On a toujours besoin d'un bateau»

Les eaux montantes menacent la population et leurs biens, et la situation est aggravée par les marées hautes et les inondations qui vont de pair avec la vingtaine de tempêtes tropicales et de typhons s'abattant sur l'archipel chaque année. «C'était si beau ici avant. Les enfants jouaient dans la rue», raconte Mme San Jose à l'AFP. «Maintenant, on a toujours besoin d'un bateau».

La plupart des habitants de Sitio Pariahan ont déjà fui. Il ne reste plus que quelques familles dans ce village doté d'une école élémentaire, d'un terrain de basket et autrefois d'une chapelle, désormais inondée. Leurs maisons sont installées sur des pilotis en bambou ou sur un tas de terre qui subsiste. Les enfants mettent 20 minutes en bateau pour se rendre à l'école, à l'intérieur des terres, et les habitants vivent pour la plupart de ce qu'ils pêchent. Des régions situées au nord de Manille comme les provinces de Pampanga et Bulacan, où se trouve Sitio Pariahan, s'enfoncent dans le sol de quatre à six centimètres par an depuis 2003, selon des observations satellites.

Soit une perte d'environ un mètre en 16 ans, relève Narod Eco, membre d'un groupe de chercheurs qui surveille la situation, auprès de l'AFP. A titre de comparaison, l'ONU estime que les niveaux moyens de la mer augmentent dans le monde d'environ trois millimètres par an.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jirainageradrogenbos le 20.05.2019 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ce type de problème sera de plus d'actualité dans le future proche ou moyennement proche pour de grandes agglomérations (ou plus modestes). Non seulement l'enfoncement mais aussi la montée des eaux (Londre; N-Y, Tokyo pour ne cité que les plus connues).

Les derniers commentaires

  • Jirainageradrogenbos le 20.05.2019 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ce type de problème sera de plus d'actualité dans le future proche ou moyennement proche pour de grandes agglomérations (ou plus modestes). Non seulement l'enfoncement mais aussi la montée des eaux (Londre; N-Y, Tokyo pour ne cité que les plus connues).

    • Luxo le 20.05.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

      Londres ou New York sous eaux? Alors on va es appeler les Venise du Nord

    • Cycliste le 20.05.2019 11:43 Report dénoncer ce commentaire

      Mince alors, on ne pourra plus circuler à vélo!