Afghanistan

17 janvier 2021 11:08; Act: 18.01.2021 19:08 Print

Deux femmes juges assassinées à Kaboul

Deux femmes juges travaillant pour la Cour suprême afghane ont été tuées par balle, dans la capitale afghane, dimanche matin, ont indiqué des responsables.

storybild

L’Afghanistan a été le théâtre ces dernières semaines d’une série d’assassinats ciblés de personnalités, dont des membres des médias, hommes politiques et défenseurs des droits humains. (Image d’illustration) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux femmes juges travaillant pour la Cour suprême afghane ont été tuées par balle à Kaboul, dimanche matin, ont déclaré des responsables, alors que la capitale est ravagée par les attentats ciblés depuis plusieurs mois. «Malheureusement, nous avons perdu deux femmes juges dans l’attaque d’aujourd’hui. Leur chauffeur est blessé», a confirmé Ahmad Fahim Qaweem, porte-parole de l’institution. «Des hommes armés ont attaqué (leur) véhicule», a-t-il déclaré, précisant que les deux femmes se rendaient sur leur lieu de travail quand elles ont été assassinées.

«Plus de 200 femmes juges travaillent pour la Cour suprême», a expliqué Ahmad Fahim Qaweem à l’AFP. Selon Ferdaws Faramarz, le porte-parole de la police de Kaboul, les deux femmes ont été visées dans le centre de la ville à 8h30. «Elles étaient des juges travaillant pour la Cour suprême», a confirmé Jamshid Rasuli, porte-parole du procureur général.

Série d’assassinats

Le pays a été le théâtre ces dernières semaines d’une série d’assassinats ciblés de personnalités, dont des membres des médias, hommes politiques et défenseurs des droits humains. Les autorités afghanes ont imputé ces attaques aux talibans, même si l’organisation État islamique en a revendiqué certaines.

L’armée américaine, quant à elle, a, pour la première fois, imputé aux talibans la semaine dernière la responsabilité d’attaques ciblées. L’incident de dimanche intervient deux jours après l’annonce par Washington d’une récente réduction des forces américaines en Afghanistan à 2 500 hommes, chiffre le plus bas depuis les attentats du 11 septembre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sclave le 17.01.2021 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dire que l'on risque d'accueillir les assassins en tant que réfugiés politiques.

  • le canard enchaîné le 17.01.2021 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg il faut bien protéger les juges car vraiment super bien..... Enfin tout le système judiciaire est à revoir ..Certains ne savent ni recopier un nom correctement ni faire une addition ni vérifier une date JUGES PLACE A VIE ......ne connait pas Adem mais y envoie les autres

Les derniers commentaires

  • le canard enchaîné le 17.01.2021 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg il faut bien protéger les juges car vraiment super bien..... Enfin tout le système judiciaire est à revoir ..Certains ne savent ni recopier un nom correctement ni faire une addition ni vérifier une date JUGES PLACE A VIE ......ne connait pas Adem mais y envoie les autres

    • Hors sujet le 17.01.2021 16:07 Report dénoncer ce commentaire

      Mais quel rapport, vous n'avez rien compris à l'article et ne pensez qu'à vôtre nombril, c'est pathétique

  • Sclave le 17.01.2021 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dire que l'on risque d'accueillir les assassins en tant que réfugiés politiques.

    • Luxo le 17.01.2021 15:03 Report dénoncer ce commentaire

      Ben non, on accueille les victimes de ces assassins