Bloqués par Moscou

05 août 2021 12:54; Act: 05.08.2021 13:53 Print

Deux médias critiques décident de fermer

Mercredi, les autorités russes ont bloqué l’accès aux sites web de deux médias critiques envers le régime. Ils ont préféré jeter l’éponge en raison des risques pour leur personnel.

storybild

Mercredi, les autorités russes ont bloqué l’accès aux sites web de deux médias et d’une organisation de défense des droits liés à à l’opposant, Mikhaïl Khodorkovski, en exil en Europe. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux médias russes liés à l’opposant Mikhaïl Khodorkovski ont annoncé, jeudi, leur fermeture après que leurs sites ont été bloqués par les autorités, qui renforcent la pression sur l’opposition à l’approche des législatives.

Mercredi, les autorités russes ont bloqué l’accès aux sites web de deux médias et d’une organisation de défense des droits liés à cet ex-oligarque en exil en Europe. «Après que toutes les organisations de l’opposant Alexeï Navalny ont été déclarées "extrémistes", les autorités ont également bloqué MBKh Media, Open Media et l’organisation d’aide juridique» Pravozachita Otkritki, avait annoncé dans la nuit sur Twitter cet adversaire de longue date du président russe Vladimir Poutine.

«Risques trop grands»

«Les autorités ne veulent pas de projets médiatiques ayant un regard critique sur ce qu’il se passe dans le pays», a écrit jeudi, sur Twitter, le compte d’Open Media. «Nous avons, avec l’investisseur, décidé d’arrêter le travail, car les risques pour le personnel du projet sont trop grands», a précisé le média, qui a indiqué avoir reçu une subvention de cinq ans de Mikhaïl Khodorkovski en 2017.

«Le projet MBKh est en cours de clôture» par crainte de poursuites contre ses employés, a également annoncé sur Facebook Veronika Koutsillo, qui en a été la rédactrice en chef. «Le pays s’enfonce rapidement dans une incroyable obscurité féodale». Jeudi matin, les sites des deux médias ne pouvaient être consultés depuis la Russie que par le moyen d’un VPN, tandis que le site de l’organisation de défense des droits semblait ne plus exister. L’agence russe de régulation des médias, Roskomnadzor, a indiqué à l’agence Interfax avoir procédé à ce blocage à la demande du procureur général.

D’autres médias bannis

De nombreux médias indépendants et autres groupes critiques du pouvoir ont été bannis récemment en Russie, dans le cadre d’une répression croissante de l’opposition à l’approche des élections législatives de septembre. Une loi votée récemment par les députés devrait aboutir à l’exclusion du scrutin de l’essentiel des opposants, en particulier les partisans d’Alexeï Navalny, bête noire du Kremlin qui purge actuellement une peine de prison.

L’organisation Open Russia de Mikhaïl Khodorkovski avait été classée «indésirable» en 2017, après quoi elle s’était auto-dissoute en 2019. Elle a ensuite ouvert une autre structure du même nom qui n’a jamais été enregistrée par le ministère de la Justice. Cette dernière s’est à son tour auto-dissoute en mai 2021, par crainte de poursuites contre ses membres. L’ancien responsable d’Open Russia, Andreï Pivovarov, a été arrêté en juin et se trouve depuis en détention. Mikhaïl Khodorkovski est un oligarque arrêté en 2003 qui a passé 10 ans en prison. Gracié en 2013, il s’est exilé en Europe, où il a fondé plusieurs mouvements d’opposition à Vladimir Poutine.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Observateur le 05.08.2021 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous c'est différent. Une presse libre n'existe même pas ! Toute la presse est directement liée au pouvoir, il suffit de faire quelques recherches, c'est public.

  • La bonne blague le 05.08.2021 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    Des "élections"? En Russie? Ce mot a-t-il encore réellement un sens dans ce pays qui a chuté dans la dictature Poutinienne il y a bien longtemps?

  • Grand Maître le 05.08.2021 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ok

Les derniers commentaires

  • duvaro le 05.08.2021 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    Attention quand même: l’opposant Mikhaïl Khodorkovski est aussi un gros mafieux qui a du sang dans ses mains. Mais comme il est opposé à Poutine nous le soutenons, ce n'estpas beau non plus. Mafieux = mafieux et il ne faut pas les aider

  • Grand Maître le 05.08.2021 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ok

  • ISP fait le ménage.... le 05.08.2021 17:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poutine est le seul européen à dire NON aux américains, comme le faisait jadis de Gaulle. Il est le seul dirigeant d'Europe élu OFFICIELLEMENT démocratiquement à assumer les hiérarchies d'un pouvoir à la verticale quand tous les autres pays de notre Continent s'inclinent à l'horizontal au nom d'un sois disant système d'unification égalitaire, qui n'a plus de sens, au vu de toutes les divergences individuelles.

  • MMarcel le 05.08.2021 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    En France , il n'y aucun risque que cela se produise, car les médias dans leurs immense majorités ne sont que les courroies de transmission du gouvernement !!!

  • Donneurs de lecons le 05.08.2021 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Désolé mais l'Europe aussi s'enfonce dans une obscurité féodale...