En Égypte

01 septembre 2018 18:20; Act: 01.09.2018 18:27 Print

Deux touristes anglais meurent mystérieusement

Un couple de Britanniques est décédé la semaine dernière lors de ses vacances balnéaires. Un cas similaire s'était produit au mois d'avril.

Une faute?

La famille Cooper profitait paisiblement de ses vacances à Hurghada, la semaine dernière en Égypte, lorsque le couple a commencé à se trouver mal après avoir senti une «odeur étrange» dans sa chambre d'hôtel. John, 69 ans, est mort sur place alors que son épouse Susan, 63 ans, a succombé quelques heures plus tard à l'hôpital.

Selon le «Daily Mail», ces décès tragiques rappellent tristement un incident survenu en avril dernier. Alison Sonnex, une autre touriste britannique qui participait également à un voyage organisé par le voyagiste Thomas Cook, était décédée subitement après avoir senti une odeur bizarre dans sa chambre.

Une «forte odeur» dans la chambre

Les autorités égyptiennes supposent que les trois victimes sont mortes de causes naturelles. Mais pour leurs proches, cette explication n'est pas crédible. La fille Cooper prétend que ses parents étaient en bonne santé et que «quelque chose de suspect s'est passé».

Clive Eversfield, le mari d'Alison, a de son côté été abasourdi par la nouvelle. Sa femme et lui séjournaient dans un hôtel 5 étoiles de la station balnéaire de Marsa Alam, au bord de la mer Rouge, dans le courant du mois d'avril. Il se souvient de cette «forte odeur» dans leur chambre, alors que les deux pièces voisines venaient d'être scellées avec du ruban adhésif.

Puis, les événements tragiques se sont succédé. Pris de diarrhées et de vomissements, ils ont été transportés à l'hôpital, où Alison a fini par succomber. «Il y a tellement de similitudes dans ce qui nous est arrivé, affirme le Britannique au tabloïd. J'ai l'impression que ce qui s'est passé lorsque ma femme est décédée est en train d'être dissimulé».

Intoxication alimentaire

Les médecins ont conclu à une insuffisance cardiaque. Puis, l'autopsie pratiquée au Royaume-uni n'a pas permis de révéler la cause du décès. Mais Clive assure que sa femme était en bonne santé: «Je pense qu'il y avait quelque chose dans cette pièce qui nous a fait tomber malade». Pour lui, ces deux affaires sont clairement liées. «Il y a plusieurs dénominateurs communs. Il y a quelque chose qui cloche».

Après la mort des Coopers, le tour opérateur a fait évacuer ses quelque 300 clients de l'hôtel incriminé, où d'autres touristes ont contracté une forme contagieuse d'intoxication alimentaire. La société continue d'effectuer des tests sur la nourriture, l'approvisionnement en eau et les climatiseurs. Mais en ce qui concerne le cas d'Alison Sonnex, Thomas Cook soutient la thèse de la mort naturelle fournie par les autorités.

(L'essentiel/mst)