Disparition inquiétante

03 mai 2019 20:23; Act: 04.05.2019 09:06 Print

Deux touristes français portés disparus au Bénin

Des vacanciers français qui visitaient un parc béninois n'ont pas regagné leur hôtel avec leur guide, depuis mercredi.

storybild

Le parc national de la Pendjari, où les Français étaient partis en balade, se trouve dans le nord du Bénin. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux touristes français en vacances dans le parc national de la Pendjari, dans le nord du Bénin, proche de la frontière avec le Burkina Faso, sont portés disparus avec leur guide depuis mercredi, a-t-on appris vendredi, de sources concordantes.

«Deux touristes français partis se balader dans le parc ont disparu mercredi. Personne ne parle d'enlèvement pour l'instant», a déclaré une source sécuritaire au Bénin. Au sein du ministère des affaires étrangères à Paris une source a confirmé que «deux touristes français - ainsi que leur guide béninois (...) n'ont pas regagné leur hôtel où ils étaient attendus mercredi soir». Ils sont «recherchés activement avec le soutien des autorités béninoises», a précisé cette source. «Le Centre de crise et de soutien et notre ambassade sont mobilisés et en lien étroit avec les autorités locales».

Un parc prisé par les touristes

Le Bénin est considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest, une région mouvementée, où opèrent de nombreux groupes jihadistes. Mais le chaos qui règne depuis 2012 au Mali s'est propagé depuis environ trois ans au Burkina Faso, confronté à une multiplication alarmante des attaques jihadistes sur son sol.

Le parc de la Pendjari, dans le nord du Bénin, prisé par les touristes pour sa faune sauvage, est frontalier de l'est du Burkina, dans une zone forestière et réputée poreuse. Ces derniers mois, plusieurs experts et sources sécuritaires prévenaient que le nord des pays côtiers de l'Atlantique comme le Togo et le Bénin étaient vulnérables face à la stratégie d'expansion et de multiplication des fronts adoptés par les groupes armés liés à Al-Qaïda et l'État islamique (EI).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.