Atlantique

18 juillet 2019 07:49; Act: 18.07.2019 11:37 Print

Du pétrole dans l'océan suite à un incident

En raison d'un incident sur une plateforme pétrolière dans l'Atlantique Nord, un mélange d'eau et de pétrole s'est déversé en mer.

storybild

La plateforme Hibernia, située à 315 km à l'est de Saint-Jean de Terre-Neuve, est entrée en production en 1997.

Sur ce sujet
Une faute?

Le producteur américain d'hydrocarbures ExxonMobil a annoncé mercredi, qu'un mélange d'eau et de pétrole s'était déversé dans l'Atlantique Nord, à partir de la plateforme Hibernia, située au large de l'île canadienne de Terre-Neuve. Une nappe de près de deux hectares s'est formée.

«Un mélange d'eau et de pétrole a été déversé depuis l'un des réservoirs de la plateforme ce matin (mercredi)», a indiqué dans un communiqué HMDC. Ce consortium exploite Hibernia dans lequel ExxonMobil détient 33%, aux côtés notamment de Chevron (27%), de Suncor (20%) et d'Equinor (ex-Statoil, 5%). HMDC a ouvert une enquête et «cherche actuellement à déterminer le volume de pétrole qui a été rejeté», ajoute le consortium. Des estimations préliminaires ont fait état d'une nappe de 20 mètres de large sur 900 mètres de long qui «se dissipe».

Incident «isolé»

La plateforme Hibernia, située à 315 km à l'est de Saint-Jean de Terre-Neuve, est entrée en production en 1997. Le gisement qu'elle exploite, par pompage sous-marin, possède des réserves estimées à plus de 1,2 milliard de barils de pétrole. Selon le consortium, il s'agit d'un incident «isolé» et «tout le personnel de la plateforme est en sécurité». Après avoir découvert cette nappe, les employés d'Hibernia ont procédé à «une dispersion mécanique» et ont «déployé des barrages absorbants», à partir d'un navire.

En outre, ajoute le communiqué, une bouée a été déployée sur la nappe afin de la suivre dans l'Atlantique Nord. Contacté par l'AFP pour savoir quelle direction le pétrole avait pris, et s'il y avait un risque pour la faune dans cette zone où frayent nombre de baleines, ExxonMobil s'est pour le monde refusé à tout autre commentaire.

(L'essentiel/afp)