Espionnage

15 novembre 2019 20:27; Act: 15.11.2019 20:30 Print

Échange d'espions entre la Russie et deux pays

La Lituanie et la Norvège ont procédé à des échanges de prisonniers avec la Russie vendredi.

storybild

Le président Lituanien (à droite) et son directeur de la sécurité lors d'un entretien, avant l'échange des espions.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux espions russes ont été échangés vendredi à la frontière russo-lituanienne contre deux Lituaniens et un Norvégien condamnés pour espionnage en Russie, dans un nouvel épisode digne de la Guerre froide témoignant des tensions réapparues ces dernières années dans la région. «Ce vendredi midi, l'opération d'échange a été menée avec succès», a annoncé à la presse le chef des services lituaniens de renseignement Darius Jauniskis.

«Les citoyens lituaniens Jevgenij Mataitis et Aristidas Tamosaitis et le citoyen norvégien Frode Berg sont bien arrivés en Lituanie», a-t-il ajouté, précisant que l'échange avait eu lieu à la frontière entre la Lituanie et l'enclave russe de Kaliningrad. Les deux Russes, Nikolaï Filiptchenko et Sergueï Moïsseïenko, graciés par le président lituanien Gitanas Nauseda, ont été remis à la partie russe, a ajouté Jauniskis. Frode Berg a été transféré à l'ambassade de Norvège à Vilnius, a précisé un conseiller du président lituanien, Jonas Vytautas Zukas.

«Aucune contrepartie»

La Première ministre norvégienne Erna Solberg s'est félicitée de sa libération et a remercié les autorités lituaniennes. «Il n'y a aucune contrepartie» de la part de la Norvège, a-t-elle assuré au cours d'une conférence de presse à Oslo, imputant plutôt ce dénouement à l'amitié entre son pays et la Lituanie, tous deux membres de l'Otan. «Il rentrera en Norvège aussi rapidement que cela sera possible d'un point de vue pratique», a-t-elle précisé.

L'imminence de l'échange avait été annoncée quelques heures plus tôt à Moscou par le directeur des services russes de renseignement extérieur (SVR), Sergueï Narychkine. Interrogé par les journalistes sur la grâce présidentielle dont ont bénéficié deux Russes en Lituanie, il a annoncé que Moscou prendrait «des mesures réciproques». Le décret signé par le président Nauseda et publié sur son site web explique que les Russes ont été graciés en vertu d'une nouvelle loi qui porte sur les échanges d'espions.

Sous-marins nucléaires

Frode Berg, un retraité norvégien, a été condamné en avril en Russie à 14 années de prison pour avoir collecté des informations sur les sous-marins nucléaires russes. Cet homme, qui avait un temps travaillé pour une agence gouvernementale norvégienne chargée de veiller au respect de l'accord frontalier entre la Norvège et la Russie, avait été arrêté en décembre 2017 en Russie. Il avait reconnu avoir joué un rôle d'intermédiaire pour les services de renseignement de son pays.

Les deux Lituaniens, Yevgeny Mataitis et Aristidas Tamosaitis, ont été condamnés à respectivement 13 ans et 12 ans de prison en 2016 par la justice russe. Selon des fonctionnaires lituaniens, Nikolaï Filiptchenko, qui a travaillé pour le FSB, a tenté de recruter pour les services de renseignement russes d'importants responsables lituaniens. Il avait été condamné à dix ans de prison et n'avait pas fait appel.

Sergueï Moïsseïenko s'est vu infliger dix ans et demi de réclusion, pour avoir recruté un capitaine lituanien travaillant à l'importante base aérienne militaire lituanienne de Siauliai. Il avait plaidé non coupable. Deux citoyens lituaniens ont également été condamnés en 2016 en Lituanie pour avoir transmis des secrets militaires au renseignement militaire russe.

(L'essentiel/afp)