Aux États-Unis

14 octobre 2021 09:20; Act: 14.10.2021 09:32 Print

Elle faisait boire son fils pour voir ses ébats sexuels

Une mère de famille invitait des amis et amies de son fils à son domicile. Elle leur fournissait de l’alcool et les encourageait à avoir des relations sexuelles, parfois non consenties. Les victimes étaient âgées de 14 et 15 ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Une Américaine de 47 ans est au cœur d’une sordide histoire qui pourrait lui coûter de longues années de prison. Shannon O’Connor est notamment accusée de maltraitance sur enfant, d’agression sexuelle et d’avoir fourni de l’alcool à des mineurs. En clair, cette mère de famille domiciliée à Los Gatos (Californie) organisait des soirées alcoolisées pour son fils et ses amis, âgés entre 14 et 15 ans. Ensuite, elle «facilitait» et «assistait parfois à» leurs ébats sexuels, dont certains n’étaient pas consensuels, selon la plainte pénale déposée.

Ces fêtes ont eu lieu entre juin 2020 et février 2021. La quadragénaire fournissait de l’alcool, notamment de la bière, de la vodka ainsi que du whisky et distribuait des préservatifs à ses invités. Parfois, la mère de famille envoyait des SMS ou des messages Snapchat à des adolescents au milieu de la nuit, les invitant à quitter leur domicile et à venir boire chez elle. À plusieurs reprises, la Californienne a poussé des mineurs ivres à avoir des relations sexuelles. Elle aurait notamment regardé, en rigolant, «un adolescent saoul agresser sexuellement une jeune fille dans un lit» à Nouvel An.

«Pourquoi vous avez fait ça?»

«Pourquoi vous m’avez laissée là-dedans avec lui? Pourquoi vous avez fait ça? Vous saviez ce qu’il allait me faire», lui a demandé la victime, après son agression. La quadragénaire dissuadait les adolescents de parler de ces soirées à leurs parents, leur expliquant qu’elle risquait la prison s’ils dévoilaient ce secret. Elle a même harcelé une jeune fille de 14 ans qu’elle suspectait de parler aux autorités. Selon le bureau du procureur du comté de Santa Clara, Shannon O’Connor a convaincu les mineurs de ne pas appeler les urgences ou la police quand l’un d’entre eux «s’est évanoui dans son propre vomi» après avoir trop bu.

«Il a fallu que beaucoup d’enfants courageux se manifestent pour démêler cette affaire profondément dérangeante», a fait savoir le procureur Jeff Rossen dans un communiqué. «En tant que parent, je suis choqué. En tant que procureur, je suis déterminé à tenir les adultes qui mettent les enfants en danger pour responsables devant la loi et notre communauté», a-t-il ajouté.

L’accusée, qui a récemment déménagé dans l’Idaho, est dans l’attente de son extradition vers la Californie, où elle sera jugée.

(L'essentiel/joc)