Afrique du Sud

11 septembre 2019 06:53; Act: 11.09.2019 11:00 Print

Elle organise l'enlèvement de l'une de ses élèves

Une enseignante sud-africaine a organisé le rapt d'une écolière de 6 ans, fille de l'une de ses amies. Elle espérait utiliser la rançon pour rembourser son dealer.

storybild

Angeline (à gauche) considérait Tharina comme une amie. (photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

Une maman sud-africaine a vécu un véritable cauchemar éveillé, la semaine dernière devant une école de Vanderbijlpark, près de Johannesburg. Angeline accompagnait sa fille de 6 ans quand quatre hommes encagoulés ont fait irruption et lui ont arraché son enfant. Les ravisseurs ont ensuite pris la fuite en voiture, avant de téléphoner aux parents de la petite Amy-Leigh pour réclamer une rançon de quelque 123 000 euros. Terrifiés par le battage médiatique causé par ce rapt, les kidnappeurs ont fini par relâcher la fillette en pleine nuit, 19 heures après l'avoir enlevée.

Un couple qui sortait d'un pub a découvert l'enfant en pleurs et l'a confiée au poste de police le plus proche. Par un heureux hasard, ses parents se trouvaient déjà dans ce commissariat, attendant désespérément des nouvelles de leur petite. Le lendemain, la police a annoncé avoir arrêté un homme et deux femmes, l'une d'entre elles étant la prof d'Amy-Leigh. Il se trouve que Tharina Human était également une amie proche de la mère de l'enfant. Selon la presse locale, l'enseignante était accro à la drogue et avait orchestré cet enlèvement pour pouvoir rembourser l'argent qu'elle devait à son dealer.

Peu après le rapt, elle avait envoyé un message WhatsApp aux parents de ses autres élèves pour les assurer que leurs enfants étaient en sécurité, mais qu'il y avait «des tarés dans le coin». Tharina leur a également demandé des sous pour acheter «des fleurs et un panier garni» aux parents d'Amy-Leigh. Si elle est reconnue coupable de kidnapping, la Sud-Africaine risque une longue peine de prison. Sur le banc des accusés, se trouvent également une femme de 40 ans et un homme de 50 ans. Les quatre individus qui ont enlevé Amy-Leigh, eux, courent toujours. Quant à la fillette, elle se remet tranquillement de son traumatisme mais a du mal à dormir et n'est pas encore retournée à l'école.

(L'essentiel/joc)