À Taïwan

05 décembre 2018 12:34; Act: 05.12.2018 14:21 Print

Elle vole un yaourt à son amie, la police l'arrête

Sur plainte d'une femme vivant en colocation, la police a réalisé de multiples analyses ADN pour retrouver qui, de ses amies, avait osé lui piquer son yaourt.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Une étudiante a été inculpée de vol après avoir chipé un yaourt à une de ses quatre colocataires. C'est le dénouement d'une drôle d'affaire qui a récemment intrigué les médias taïwanais, raconte la BBC. La victime avait porté plainte à la police après avoir retrouvé sa bouteille de yaourt liquide préféré dans la poubelle de l'appartement.

Comme aucune de ses camarades n'avait avoué l'avoir bue, la jeune femme s'était présentée à la police avec l'objet du délit, d'une valeur d'environ 1,70 euro.

Traces ADN

La police a accepté le défi. Faute de déceler des empreintes digitales, elle n'a pas hésité à tester les traces d'ADN sur le flacon en plastique, puis à soumettre les cinq occupantes du logement à un prélèvement. Et bingo! La gloutonne a été confondue.

Or, le coût de cette enquête en forme de blague – au moins 440 euros rien que pour les examens génétiques – est à la charge des contribuables. Les Taïwanais ont été plutôt scandalisés qu'amusés. «Quel gaspillage des ressources publiques! s'est indigné un homme interrogé par le quotidien «Apple Daily». Si j'avais été le policier, je serais simplement allé acheter une nouvelle bouteille pour la dédommager».

«C'est comme utiliser un canon pour tirer sur les oiseaux», a admis un officier de police cité anonymement par le journal.

(L'essentiel/arg)