En Turquie

20 décembre 2014 14:15; Act: 20.12.2014 14:26 Print

Erdogan loue la justice après les arrestations

Dans un discours ce samedi, le président Recep Tayyip Erdogan a fait l'éloge des procédures judiciaires prononcées récemment contre des médias, les qualifiant de «sans taches».

storybild

Fethullah Gülen, «l'ennemi» du président Erdogan, fait l'objet d'un mandat d'arrêt. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Son plaidoyer intervient après l'arrestation de plusieurs patrons de presse et le mandat d'arrêt contre Fethullah Gülen, son ennemi. «J'ai surveillé de près ces procédures en tant que président de ce pays. Tout est conforme à la loi et en règle avec la procédure (…), le processus qui se déroule actuellement est tout à fait dans les règles», a déclaré M. Erdogan dans son discours à Istanbul.

«La police et le pouvoir judiciaire ne reproduisent pas les erreurs du passé», a-t-il ajouté. Le président turc a défendu la détention de journalistes comme faisant partie de l'enquête, disant que certains d'entre eux utilisaient la profession comme un «masque» couvrant d'autres activités. Il a encore argué que la détention de journalistes n'avait rien d'inhabituel, prenant comme référence les arrestations survenues au Royaume-Uni dans le cadre du scandale des écoutes téléphoniques.

Une vague d'arrestations

La veille de son discours, un tribunal d'Istanbul a requis un mandat d'arrêt contre Fethullah Gülen, accusé de constituer un «État parallèle» à partir des États-Unis où il est exilé depuis 1999. Le directeur de la chaîne Samanyolu, Hidayet Karaca, a lui été inculpé d'«appartenance et direction d'une organisation armée». Il a été écroué.

Le patron de la chaîne avait été interpellé dimanche dernier dans le cadre d'une vague d'arrestations à Istanbul et dans d'autres villes, qui avait visé au total une trentaine de personnes (journalistes, policiers, scénaristes et réalisateurs de télévision) dans les milieux présumés proches du réseau dirigé par M. Gülen.

(L'essentiel/ats)