Disparition d'enfant

19 janvier 2010 15:23; Act: 19.01.2010 15:29 Print

Estelle aurait 16 ans

Sept ans après la disparition d'Estelle Mouzin en région parisienne, la police lance un nouvel appel à témoins assorti d'une photo de la fillette vieillie en adolescente.

storybild

Estelle Mouzin a pu être vieillie par ordinateur grâce à une «technique scientifique de l'organisme américain National center for missing and exploited children». (AFP)

Cette photo d'Estelle vieillie «n'est qu'un dispositif de plus au milieu de toutes les investigations menées, elle n'a pas d'intérêt sans l'appel à témoins», a estimé son père Eric Mouzin. «Nous n'avons de toute façon pas les moyens de nous priver de ce qui pourrait faire progresser l'enquête», a-t-il ajouté, précisant avoir donné son accord pour la photo dès juillet 2009.

C'est une «photo de ce que pourrait être quelqu'un qui n'existe pas, il faut voir ce que ça donne mais j'ai appris à attendre», dit-il. À la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Versailles, «huit policiers de la brigade criminelle sont mobilisés et peuvent être renforcés par d'autres policiers, sur ce nouvel appel à témoins», a expliqué le directeur de la DRPJ de Versailles Philippe Bugeaud, ajoutant que «l'ensemble de la DRPJ et d'autres services» ont travaillé sur ce dossier et peuvent toujours être mobilisés si nécessaire.

Estelle, alors âgée de 9 ans, a disparu le 9 janvier 2003 vers 18h entre son école et son domicile à Guermantes (Seine-et-Marne), à une trentaine de kilomètres à l'est de Paris, le long d'un itinéraire d'environ un kilomètre. Depuis le début de l'enquête, aucune piste n'a abouti. En janvier 2009, une photo sur un site pornographique estonien d'une adolescente présentant une certaine ressemblance avec Estelle avait attiré l'attention des enquêteurs qui ont très vite découvert que le cliché avait été pris avant la disparition de la fillette.

La piste Fourniret

Aux enquêteurs qui l'ont interrogé après son arrestation en juin 2003, suite à un enlèvement raté, Michel Fourniret a expliqué qu'il se trouvait en Belgique le jour de la disparition d'Estelle. À l'appui de son alibi, il a expliqué avoir passé un appel à 20h le jour des faits de son domicile de Sart-Custinne (Belgique), incompatible avec sa présence à Guermantes, situé à 267 km de là, à 18h15.

Les 31 janvier et 1er février 2008, le bassin à poissons d'un restaurant de Brie-Comte-Robert, le «Royal Wok», a été détruit sur commission rogatoire du juge enquêtant sur l'affaire. Un renseignement transmis par un journaliste avait laissé espérer aux enquêteurs qu'ils pourraient y trouver des traces du corps de la fillette, mais la piste s'est révélée fausse.

Sur TF1 mardi

Sur la photographie diffusée mardi, Estelle Mouzin a pu être vieillie par ordinateur grâce à une «technique scientifique de l'organisme américain National center for missing and exploited children (NCMEC) qui permet de projeter 7 ans après» l'aspect possible du visage de la fillette à l'âge de 16 ans, a expliqué une source proche du dossier. L'appel a témoin diffuse un numéro vert 0800.33.60.98 et une adresse: estelle.info@interieur.gouv.fr.

Une nouvelle émission de TF1, appelée «Disparitions», mettant l'accent sur les disparitions d'enfants, devait proposer mardi à 23h15 un reportage sur l'affaire et diffuser la photo d'Estelle vieillie.

lessentiel.lu avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).