Pollueur payeur

22 septembre 2014 17:35; Act: 22.09.2014 17:47 Print

États et entreprises alliés contre le CO2

Plus de 1 000 sociétés et 73 pays se sont déclarés favorables à une taxe carbone ou un système de quotas échangeables pour réduire la pollution, indique la Banque mondiale (BM) lundi.

storybild

Pour Jim Yong Kim, président de la banque mondiale, plusieurs options, dont une taxe sur les émissions de CO2 ou un système de quotas échangeables sont à l'étude pour ce système. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«En soutenant (la fixation d') un prix sur le carbone, les dirigeants à travers le monde et les entreprises s'unissent pour envoyer un message fort», a estimé le président de la BM, Jim Yong Kim, à la veille d'un sommet sur le changement climatique à l'ONU et au lendemain de manifestations d'envergure à travers le globe. Cette coalition, qui pèse pour plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, compte notamment la Chine, l'Union européenne et la Russie, et regroupe de grands noms de l'industrie et des services (BP, Statoil, Pfizer, ArcelorMittal, Allianz…), selon le communiqué de la BM.

«Quand nous avons commencé à parler avec les gouvernements et les entreprises, il y a eu beaucoup d'hésitations», a précisé M. Kim lors d'une conférence téléphonique. Certaines réserves n'ont toutefois pas pu être surmontées. Les États-Unis - plus gros consommateurs de pétrole au monde - ne figurent ainsi pas sur cette liste dont sont également absentes de grandes entreprises pétrolières (Exxonmobil, ConocoPhillips, Chevron, Total…). Désigné par l'administration Obama, M. Kim s'est félicité que certains Etats américains (Californie, Washington...) soient signataires et a assuré que le président américain était personnellement «très favorable» à la démarche dévoilée lundi.

Système en vigueur dans l'UE depuis 2005

Interrogé sur la réticence américaine à s'y associer pleinement, M. Kim a toutefois répondu: «C'est une bonne question mais vous devriez leur poser directement». Le Trésor américain n'a pas réagi dans l'immédiat. Selon le communiqué, les signataires de cet appel ne dévoilent pas quel système ils appellent de leurs vœux afin de fixer un prix sur la pollution au carbone. Des «propositions» plus précises seront formulées après la réunion de l'ONU mardi et d'ici au prochain sommet sur le réchauffement climatique prévu en 2015 à Paris, assure le communiqué. Pour l'heure, la Banque mondiale se contente d'évoquer plusieurs options, dont une taxe sur les émissions de CO2 ou un système de quotas échangeables dans lequel les entreprises achètent un droit à polluer.

Un tel système est en vigueur dans l'Union européenne depuis 2005 mais il a connu de nombreux trous d'air liés à un effondrement du cours de la tonne de CO2 et à des escroqueries de grande ampleur. «Nous n'avons pas d'opinion tranchée sur la voie qui doit être choisie. Mais nous avons une opinion tranchée sur le fait que cela doit être fait», a déclaré Rachel Kyte, vice-présidente de la BM pour le changement climatique. «Si on passe à l'action rapidement, les possibilités seront plus grandes d'orienter l'investissement vers une croissance plus verte et de réduire l'exposition au carbone», a-t-elle ajouté. Depuis plusieurs mois, la Banque mondiale tente de prendre le leadership sur le climat et met en garde contre les ravages économiques que provoquerait une hausse du thermomètre mondial de 4°C au cours du siècle.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • gogo le 23.09.2014 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La terre s'en fout du CO2. Elle sera encore la pour un bon moment. Mais nous non (:

  • Vindulux le 22.09.2014 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Oui à la taxe. Non aux quotas échangeables. Donner des quotas c'est autorisé les entreprises à poluer plus. Notre planète est en danger, tout doit être entrepris pour réduire toutes les polutions.

Les derniers commentaires

  • gogo le 23.09.2014 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La terre s'en fout du CO2. Elle sera encore la pour un bon moment. Mais nous non (:

  • Vindulux le 22.09.2014 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Oui à la taxe. Non aux quotas échangeables. Donner des quotas c'est autorisé les entreprises à poluer plus. Notre planète est en danger, tout doit être entrepris pour réduire toutes les polutions.

    • Pragma le 22.09.2014 19:53 Report dénoncer ce commentaire

      Mais non la planète n'est pas en danger, elle évolue et s'adapte aux changements, notamment aux évolutions de son orbite et surtout à l'activité du soleil ... Nous nous entêtons à vouloir dépenser jusqu'à 35 000 milliards pour réduire nos émissions de CO2 (26 Gt), mais cela représente une paille par rapport aux émissions naturelles (771 Gt) et on oublie de rappeler que la terre absorbe 788 Gt (soit au total un delta de seulement 9 Gt, soit 35% de nos émissions). L'impact moyen est de 1.1 ppm/an soit 0.00011% du total du CO2 dans l'atmosphère = rien !!!