Attaques au Sri Lanka

21 avril 2019 08:07; Act: 21.04.2019 21:42 Print

«J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout»

Au moins 207 personnes ont été tuées ce dimanche dans une série d'attaques dans quatre hôtels et trois églises. Huit personnes ont été arrêtées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le Sri Lanka a connu un sanglant dimanche de Pâques avec une vague coordonnée d'attentats contre des hôtels de luxe et des églises remplies, qui ont tué au moins 207 personnes, dont plusieurs dizaines d'étrangers, et soulevé un émoi mondial. En quelques heures, des bombes ont semé mort et désolation dans quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, en plusieurs endroits de l'île d'Asie du Sud, qui n'avait pas connu un tel déchaînement de violence depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

«C'était un torrent de sang», a témoigné N. A. Sumanapala, un commerçant voisin de l'église Saint-Antoine de la capitale Colombo, frappée dans la matinée. «Je me suis précipité à l'intérieur pour aider. Le curé est sorti, couvert de sang». Huit explosions au total, non revendiquées, se sont produites dans cette île prisée des touristes étrangers pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante, faisant aussi plus de 450 blessés. Huit personnes ont été arrêtées, a annoncé le Premier ministre Ranil Wickremesinghe. Il a reconnu qu'«il y avait des informations», qui «doivent faire l'objet d'une enquête», sur des risques d'attaques.

«Un bout du toit est tombé sur lui et il saignait abondamment de l'oreille»

Le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait émis une alerte il y a dix jours, sur la foi d'informations «d'une agence de renseignement étrangère» avertissant qu'un mouvement islamiste, le NTJ, projetait «des attentats suicide contre des églises importantes» et l'ambassade d'Inde à Colombo. Le NTJ (National Thowheeth Jama'ath) s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Six déflagrations très rapprochées sont survenues dans la matinée, et deux plusieurs heures après. Au moins deux d'entre elles sont le fait de kamikazes, selon des témoins.

En réponse, le Sri Lanka a décrété un couvre-feu immédiat et le blocage temporaire des réseaux sociaux pour empêcher la diffusion d'«informations incorrectes et fausses». Gabriel, un chrétien sri-lankais d'une trentaine d'années, a eu son frère blessé dans l'attaque de l'église Saint-Sébastien de Negombo, localité située à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale et surnommée «la petite Rome» pour ses nombreuses églises. «Mon frère était à la messe du matin, lorsque l'explosion s'est produite. Un bout du toit est tombé sur lui et il saignait abondamment de l'oreille», a-t-il raconté à l'AFP. «Nous sommes tous en état de choc. Nous ne voulons pas que le pays revienne à ce passé noir où nous devions vivre tout le temps dans la peur des attaques suicide», a-t-il ajouté.

Redécouvrez notre live des événements:

20h29

Merci d'avoir suivi notre live.

19h19

Au moins cinq Britanniques ont été tués dans les attaques, a indiqué une source gouvernementale.

18h09
Le point sur la situation:

• Le Sri Lanka a été frappé dimanche par une série d'attentats contre des hôtels de luxe et des églises célébrant la messe de Pâques, faisant plus de 200 morts. On compte au total huit explosions.

•Le dernier bilan officiel fait état de 207 morts mais pourrait être encore amené à s'aggraver. Plus de 450 personnes ont été blessées. Des dizaines d'étrangers comptent parmi les victimes, dans ce pays très prisé des touristes pour ses plages paradisiaques et sa nature verdoyante. Des ressortissants américains ont été tués. Un Portugais est mort, selon l'agence LUSA.

•Les attaques n'ont pas été revendiquées à ce stade. Huit personnes ont néanmoins été arrêtées. Les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont d'éventuels «liens avec l'étranger».

18h04

La diplomatie américaine a confirmé dimanche que plusieurs ressortissants des Etats-Unis avaient été tués dans les attentats au Sri Lanka, sans préciser leur nombre. «Nous pouvons confirmer que plusieurs citoyens américains sont parmi les tués», a déclaré Mike Pompeo, secrétaire d'Etat, dans un communiqué condamnant les attaques.

17h43

Huit personnes ont été arrêtées au Sri Lanka en lien avec la vague d'attentats qui a frappé dimanche l'île, faisant au moins 207 morts, a annoncé le Premier ministre Ranil Wickremesinghe. «Jusqu'ici les noms que nous avons sont locaux» mais les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont d'éventuels «liens avec l'étranger», a déclaré dans une allocution télévision le chef de gouvernement, sans donner davantage de précisions.

15h35

Une vidéo prise dans l'une des églises touchées montrait de nombreux corps recroquevillés, le sol jonché de décombres et couvert de sang, les murs grêlés par les éclats. La violence de l'explosion a soufflé des parties du toit, laissant entrevoir le ciel.

«C'était un torrent de sang», a témoigné N. A. Sumanapala, un commerçant voisin de l'église Saint-Antoine. «Je me suis précipité à l'intérieur pour aider. Le curé est sorti, il était couvert de sang».

Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, dont un Portugais, un Néerlandais et un Américain. Des ressortissants japonais et britanniques ont été blessés. Les premières explosions se sont produites à l'église Saint-Antoine, dans la capitale, et à l'église de Negombo.

Au Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, un kamikaze, un Sri-Lankais qui s'était enregistré à l'hôtel la veille sous le nom de Mohamed Azzam Mohamed, a enclenché sa bombe dans la file de clients, venus profiter d'un buffet de Pâques dans un restaurant de l'établissement.

«Il était 8h30 du matin. Il y avait beaucoup de familles», a raconté à l'AFP un employé. Une assiette à la main, «il est allé au début de la queue et s'est fait sauter», a-t-il ajouté. «Un manager qui accueillait les clients fait partie de ceux qui ont été tués sur le coup (...) C'était le chaos.»

15h23

Selon les médias locaux, cette vidéo montre un aperçu de l'explosion de l'église St. Anthony's à Colombo.

14h16

Le bilan des attentats qui ont frappé dimanche des hôtels de luxe et des églises catholiques célébrant Pâques s'est aggravé à 207 morts et plus de 450 blessés, a annoncé la police.

Ce bilan prend en compte les victimes des huit déflagrations survenues sur l'île, a indiqué le porte-parole de la police, Ruwan Gunasekera, en conférence de presse. «Nous ne pouvons pas confirmer si c'étaient des attaques suicide», a-t-il dit, ajoutant que trois personnes avaient été arrêtées. D'après le ministre de l'Économie du Sri Lanka, sept personnes ont été arrêtée.

13h55

L'archevêque de Colombo a appelé dimanche le gouvernement du Sri Lanka à «punir sans pitié» les responsables des attentats qui ont fait au moins 160 morts, frappant notamment des églises qui célébraient la messe de Pâques.

«Je voudrais demander au gouvernement de mener une enquête solide et impartiale pour déterminer qui est responsable de cet acte et aussi de les punir sans pitié, car seuls des animaux peuvent se comporter ainsi», a déclaré l'archevêque Malcom Ranjit, appelant ses concitoyens à «la paix et l'harmonie» et «à ne pas faire justice eux-mêmes».

12h42

Les réactions du monde entier affluent. Le pape François exprime sa «tristesse» face à ces «graves attentats, qui précisément aujourd'hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka» et se dit proche de «toutes les victimes d'une si cruelle violence».

La Première ministre britannique Theresa May, dont le pays a colonisé le Sri Lanka (1796-1948), dénonce des «actes de violence (...) réellement effroyables» et estime que «nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur».

«Terribles informations du Sri Lanka sur des attaques sanglantes contre des hôtels et des églises en ce dimanche de Pâques», tweete le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

«Ma condamnation la plus énergique envers les terribles attentats au Sri Lanka», réagit le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

Le vice-Premier ministre Matteo Salvini adresse «(sa) prière, celle du gouvernement et de tous les Italiens pour les morts innocents massacrés par des terroristes au Sri Lanka».

«Le crime d'aujourd'hui montre une fois de plus que le phénomène détesté du terrorisme est devenu un problème mondial, indépendamment de toute frontière, race, nationalité ou religion, et qu'il ne peut être éradiqué que par la volonté de fer de tous les pays», affirme le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Mousavi.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dénonce des attentats «horribles et criminels».

Le président des États-Unis, Donald Trump a lui aussi réagi au drame. Il écrit par erreur que «138 millions de personnes» ont été tuées dans ces attaques. Pour rappel au moins 160 personnes sont mortes dans l'attaque.

12h35

Emmanuel Macron condamne des «actes odieux».

12h34

D'après une source policière, un kamikaze a tué trois policiers dans la huitième explosion

11h57

Le gouvernement du Sri Lanka a décrété dimanche le blocage temporaire des réseaux sociaux pour empêcher la diffusion d«informations incorrectes et fausses» liées à la vague d'attentats qui a frappé l'île, faisant au moins 160 morts.

«Le gouvernement a décidé de bloquer toutes les plateformes de réseaux sociaux dans le but d'empêcher la propagation d'informations incorrectes et fausses. Ceci est seulement une mesure temporaire», a indiqué la présidence dans un communiqué.

11h51

L'Eglise catholique en Terre sainte a condamné la vague d'attentats qui a frappé dimanche trois églises et trois hôtels de luxe au Sri Lanka, faisant 160 morts le jour de la messe de Pâques.

«Nous prions pour l'âme des victimes et pour un rétablissement rapide des blessés. Nous demandons à Dieu d'inspirer les terroristes pour qu'ils se repentissent des meurtres et des actes de terreur», a indiqué l'Eglise dans un communiqué publié à Jérusalem.

«Nous exprimons également notre solidarité avec tous les Sri-lankais, de toute les religions et de toutes les ethnies», a-t-elle ajouté. Les catholiques sri-lankais, à l'instar de ceux du reste du monde, se rendaient à l'église pour la messe de Pâques, l'un des temps forts de l'année religieuse chrétienne.

11h36

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait part de son «horreur» et de sa «tristesse» face à la série d'explosions au Sri Lanka dimanche, affirmant que l'Union européenne se tenait «prête à apporter son soutien».

«C'est avec horreur et tristesse que j'ai pris connaissance des attentats au Sri Lanka qui ont coûté la vie à tant de gens. J'offre mes sincères condoléances aux familles des victimes qui s'étaient rassemblées pour prier pacifiquement ou venir visiter ce beau pays. Nous sommes prêts à apporter notre soutien», a affirmé M. Juncker sur Twitter

Le Premier ministre Xavier Bettel a également réagi au drame sur Twitter.

11h30

Le ministère de la Défense du Sri Lanka a décrété dimanche un couvre-feu de douze heures à partir de 18h locales (12h30 GMT)

10h00

Au moins 160 personnes, dont 35 étrangers, ont été tuées dimanche dans une série d'explosions dans des hôtels de luxe et des églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

Le bilan pourrait encore s'aggraver car on dénombre plus de 300 blessés dans ces attaques d'une violence exceptionnelle, dont la nature n'était pas connue et qui n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat. Cet épisode de violence est le plus meurtrier dans le pays depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans. À Colombo, trois hôtels haut de gamme en front de mer et une église ont été frappés dans la matinée, des attaques faisant au moins 64 morts, selon une source policière.

Attaques sanglantes

Dans l'après-midi, au moins deux personnes ont péri dans une nouvelle explosion dans un quatrième hôtel, situé celui-là à Dehiwala, une banlieue du sud de la capitale. À Negombo, localité au nord de Colombo, 67 personnes ont trouvé dans la mort dans l'église Saint-Sébastien et 25 autres dans une église à Batticaloa, une ville de l'est de l'île, selon la même source.

Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, dans ce pays prisés des touristes internationaux, parmi lesquels un Portugais. Sur Twitter, l'ambassade de France au Sri Lanka a exhorté ses ressortissants à se tenir «éloignés des lieux publics" et à éviter "tout déplacement».

Une vidéo prise dans l'une des églises touchées montrait de nombreux corps recroquevillés, le sol parsemé de décombres et couvert de sang. La violence de l'explosion avait soufflé des parties du toit, laissant entrevoir le ciel. Le Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe a fustigé dimanche des "attaques lâches" et appelé les pays à l'unité.

Le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait «des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne». Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l'île.

Les premières explosions qui ont été rapportées se sont produites à l'église Saint-Antoine, dans la capitale, et à l'église de Negombo. «Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent», pouvait-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l'église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

bur-sah-jac-amd/phv

La police a initialement précisé qu'au total six lieux avaient été le théâtre d'explosions dans la matinée et notamment, dans la capitale, trois hôtels de luxe et une église. Avant qu'un septième attentat n'ait lieu dans l'après-midi. Au moins une des victimes a péri dans le Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, a indiqué à l'AFP un responsable de cet établissement, qui a précisé que l'explosion s'était produite dans un restaurant.

À l'hôtel Shangri-La, situé à proximité, un photographe de l'AFP a constaté d'importants dégâts dans un restaurant au second étage: les vitres avaient été soufflées, des fils électriques pendaient du plafond.

«Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours», a tweeté de son côté le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva qui a fait état de «scènes horribles» à l'église Saint-Antoine et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu. «J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout», a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y avait «beaucoup de victimes dont des étrangers».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Rital le 21.04.2019 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand l’homme disparaîtra de la Terre...ce sera un monde merveilleux !

  • fabilux le 21.04.2019 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    beau pays mais, hélas, c'est également dangereux d'y séjourner et ce depuis longtemps!

  • frontalier le 21.04.2019 11:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut se poser les bonnes questions surtout

Les derniers commentaires

  • pralin le 21.04.2019 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Client Fidel complètement d'accord, où va le monde , quelle tristesse, comme à dit le Rital quand l'homme.......

  • georgette le 21.04.2019 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’éducation résout tous les problèmes.

  • freexun le 21.04.2019 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    croyances de paix. justement en annulant les croyances et moral on obtient cela. mettez les masques que vous voulez. vive le Christ d Amour

  • client fidel le 21.04.2019 11:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    où sont les richesses du monde - faire des dons comme pour la cathédrale Notre-Dame - nous sommes égoïstes !!! donnez à ces pauvre.... des centaines de millions d’euros !!!

  • Carl le 21.04.2019 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'apocalypse et proche ce n'est pas la faute au créateur si les hommes ne pensent qu'à la violence contre son prochain