Amazonie

19 mai 2020 17:04; Act: 19.05.2020 17:38 Print

«Face au virus, on a appris à se débrouiller seuls»

Pour ne pas dépendre du système de santé public saturé du nord du Brésil , les autochtones ont recours à leurs connaissances ancestrales. Ils se soignent aux plantes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un groupe d'indigènes brésiliens de l'ethnie Sateré Mawé, coiffés de plumes ou de couronnes de végétaux tressés, parcourt le fleuve Amazone à bord d'un canot à moteur, à la recherche de plantes médicinales pour soigner les symptômes du coronavirus. «Nous avons traité tous les symptômes que nous avons ressentis avec des remèdes que nous avons préparés nous-mêmes, comme nos ancêtres nous l'ont appris», explique André Sateré Mawé, qui vit avec quinze autres familles, dans un village situé dans une zone rurale près de Manaus, capitale de l'Amazonas.

«Chacun, avec les connaissances dont il dispose, a commencé à élaborer des remèdes et nous les avons testés, chacun pour un symptôme différent», poursuit-il. Ils concoctent par exemple des infusions à base d'écorces d'arbres, du carapanauba (aux vertus anti-inflammatoires), du saracura mira (utilisé habituellement pour le traitement de la malaria) ou du thé avec des ingrédients moins exotiques, comme le citron, la menthe, la mangue, l'ail, le gingembre ou le miel.

Les utiles secrets des anciens

Aucun test de dépistage n'a été effectué au village des Sateré Mawé, mais Valda Ferreira de Souza, 35 ans, est un cas suspect de coronavirus. Elle a ressenti des symptômes, qui ont fini par passer grâce aux infusions, dit-elle. «Ça m'a fait beaucoup de bien. Je ressentais de la fatigue, j'étais un peu essoufflée», raconte-t-elle.

Rosivane Pereira da Silva, 40 ans, aide André Sateré Mawé à préparer les breuvages. Après avoir fait bouillir les ingrédients dans l'eau, elle les répartit dans de petits flacons ou dans des récipients plus grands, selon les besoins. C'est grâce à son grand-père qu'elle a su quels ingrédients utiliser. «Je parle toujours avec mon grand-père Marcos, qui a 93 ans et s'y connaît en plantes médicinales», dit-elle.

Des chiffres différents

D'après le ministère de la Santé, 371 indigènes ont été infectés par le coronavirus et 23 en sont morts. Mais ce chiffre est largement en dessous des 537 contaminations et 102 décès recensés par l'Association des peuples indigènes du Brésil (Apib). Les indigènes du peuple Sateré Mawé, dont la population est estimée à environ 13 000 personnes, sont à l'origine de la récolte du guarana, fruit énergétique très en vogue actuellement. Ils vivent pour la plupart dans le territoire indigène Andirá-Marau, dans les États d'Amazonas et du Para (nord).

Mais André Sateré Mawé et d'autres membres de cette ethnie sont partis vivre ces dernières décennies plus près de Manaus, la principale ville amazonienne, dont les services de santé sont totalement saturés par la pandémie de Covid-19. «On dirait qu'ils doivent choisir qui ils vont soigner et nous sommes délaissés. Nous avons appris à nous débrouiller seuls», conclut-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Anne le 19.05.2020 17:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ces ethnies savent se débrouiller sans aide extérieure et ce, depuis toujours. Ils n'ont nullement besoin de nous. Par contre, nous sommes allés les perturber "pour leur bien". Je dirai plutôt pour la richesse de leur sous-sol et sol,. Tout ce que nous avons su faire, c'est les contaminer de virus dont ils ignoraient jusqu'à l'existence et qui, trop souvent, décimaient des villages entiers. Avant de sortir de nos laboratoires pharmaceutiques, les remèdes sont dans nature. Les principes actifs que nous connaissons, sont, pour la plupart, issu de la connaissance de ces peuples

  • bonsens le 20.05.2020 05:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Intéressante nouvelle. Il y aurait des plantes médicinales efficaces donc pourquoi se faire suer avec des médocs chimiques de sanofi ou Pfizer?

  • aux raleurs le 20.05.2020 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Médicaments sont faits à base de plantes aussi!

Les derniers commentaires

  • aux raleurs le 20.05.2020 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Médicaments sont faits à base de plantes aussi!

  • bonsens le 20.05.2020 05:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Intéressante nouvelle. Il y aurait des plantes médicinales efficaces donc pourquoi se faire suer avec des médocs chimiques de sanofi ou Pfizer?

    • Anne le 20.05.2020 10:17 Report dénoncer ce commentaire

      Je pense que vous devez connaître la réponse. Non?

  • Dede le 19.05.2020 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment cette saleté de virus est arrivé chez eux ce sont des gens qui vivent en autarcie, ils savent très bien se soigner avec les plantes dans la forêt, il faut savoir que les médocs sont souvent dérivés de lAmazonie

  • Anne le 19.05.2020 17:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ces ethnies savent se débrouiller sans aide extérieure et ce, depuis toujours. Ils n'ont nullement besoin de nous. Par contre, nous sommes allés les perturber "pour leur bien". Je dirai plutôt pour la richesse de leur sous-sol et sol,. Tout ce que nous avons su faire, c'est les contaminer de virus dont ils ignoraient jusqu'à l'existence et qui, trop souvent, décimaient des villages entiers. Avant de sortir de nos laboratoires pharmaceutiques, les remèdes sont dans nature. Les principes actifs que nous connaissons, sont, pour la plupart, issu de la connaissance de ces peuples

    • @Anne le 19.05.2020 18:23 Report dénoncer ce commentaire

      Et on les dit sous-développés! Qui est sous-développé dans le cahot actuel? Eux ou nous? Avec ce qui se passe aujourd'hui, la réponse est claire, je crois. Nos divisions, nos intérêts financiers nous précipitent vers notre propre perte. Eux s'en sortiront parce qu'ils ont conservé un mode de vie et des traditions ancestrales. Nous par contre, nous allons souffrir parce qu'au fond, nous sommes des ignorants qui avons oublié le rôle majeur de la nature dans notre vie. Et je ne suis pas du tout écolo. Simplement réaliste.