Climat en 2017

02 août 2018 08:16; Act: 02.08.2018 08:21 Print

Gaz à effet de serre: niveau record atteint

L'année écoulée a été marquée par des températures anormalement élevées et une fonte des glaces sans précédent. De quoi raviver les inquiétudes.

storybild

Le record de l'année la plus chaude de l'époque moderne a été battu en 2016, mais 2017 n'en est pas loin avec «des températures bien plus élevées que la moyenne».

Sur ce sujet

Des gaz contribuant au réchauffement de la planète ont atteint des niveaux record partout dans le monde en 2017, une année marquée par des températures anormalement élevées et une fonte des glaces sans précédent dans l'Arctique, selon un document de référence publié mercredi. Selon ce rapport annuel publié par l'Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et la société américaine des météorologistes, tout un ensemble d'indicateurs montre que le réchauffement de la planète s'est accéléré sous l'effet de la combustion d'énergies fossiles qui augmentent la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère en 2017, l'année durant laquelle Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l'accord international de Paris sur le climat.

Les États-Unis sont le second pollueur au monde derrière la Chine mais l'élection du milliardaire républicain a mené au pouvoir des climatosceptiques qui doutent de la responsabilité de l'homme dans le réchauffement de la planète, et ont entrepris de démanteler les législations de l'administration Obama destinées à mitiger l'effet néfaste des activités humaines. Ce rapport de 300 pages, compilé par plus de 450 scientifiques originaires d'une soixantaine de pays, emploie le mot «anormal» plus d'une douzaine de fois pour décrire des tempêtes, des sécheresses, les températures élevées ou encore la fonte record de la glace dans l'Arctique en 2017.

En voici les principales conclusions:

- Hausse des gaz à effet de serre -

L'année dernière, le taux de concentration des trois gaz à effet de serre les plus dangereux relâchés dans l'atmosphère --dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d'azote-- a atteint des nouveaux records.

Le taux de concentration annuel de dioxyde de carbone à la surface de la Terre a atteint 405 parties par million (ppm), «au plus haut dans l'enregistrement des mesures atmosphériques modernes». «Le taux de croissance global du CO2 a presque été multiplié par quatre depuis le début des années 1960», ajoute le document.

- Chaleur -

Le record de l'année la plus chaude de l'époque moderne a été battu en 2016 mais 2017 n'en est pas loin avec «des températures bien plus élevées que la moyenne» sur une bonne partie de la planète, souligne le rapport. En fonction des données sur lesquelles on se base, 2017 a été la seconde ou la troisième année la plus chaude depuis le milieu du XIXème siècle et elle a été «l'année sans El Nino la plus chaude» depuis que les données sont systématiquement collectées, souligne le rapport, faisant référence au phénomène climatique occasionnel qui pousse les températures à la hausse.

L'année dernière, des températures record ont été enregistrées en Argentine, en Uruguay, en Espagne et en Bulgarie. Quant au Mexique, il a «battu son record de chaleur pour la quatrième année consécutive».

- La mer monte -

En 2017, le niveau de la mer a également affiché un record pour la 6ème année consécutive. Le niveau moyen de la mer est désormais plus élevé de 7,7 centimètres qu'en 1993. «Je compare l'océan à un train de marchandises», a souligné Gregory Johnson, un océanographe qui travaille pour les services météorologiques fédéraux (NOAA). «Même si nous gelions les taux de gaz à effet de serre à leur niveau actuel, les océans continueraient à se réchauffer et la mer continuerait à monter pendant des siècles voire des millénaires», a-t-il déclaré lors d'un point de presse.

- Glaciers rétrécis en Arctique -

Dans l'Arctique, la température au sol était de 1,6 degré Celsius supérieure à la moyenne enregistrée sur la période 1981-2010 et le rapport souligne «que l'Arctique n'a pas connu de températures aussi anormalement élevées de l'air et de la surface de l'eau depuis 2.000 ans». En mars, l'étendue maximale de la banquise était la plus faible depuis 37 ans qu'elle est mesurée par satellite. Les glaciers de la planète ont aussi rétréci pour la 38ème année consécutive.

- Déluge -

«Les précipitations sur la terre ferme en 2017 ont été nettement au-dessus de la moyenne», souligne le rapport. Des températures plus élevées des masses océaniques ont conduit à un taux d'humidité plus élevé, en particulier ces trois dernières années, provoquant plus de précipitations, tandis que d'autres parties de la planète ont souffert de longues périodes de sécheresse.

- Blanchissement destructeur -

Le réchauffement océanique a aussi des conséquences très graves pour le corail dont il provoque le blanchissement, privant ainsi poissons et autres animaux marins d'un précieux habitat. «Le plus récent épisode mondial de blanchissement du corail a duré trois années pleines de juin 2014 à mai 2017 et a été le plus long et le plus étendu jamais enregistré», souligne le rapport.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luna le 02.08.2018 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Début de la sixième extinction massive? Sans être alarmiste et rentrer dans des débats sans fin sur le Sud contre le Nord ou les US contre le reste du monde, le mieux est de continuer à minimiser notre impact comme on peut et espérer que certains êtres humains pourront survivre à terme. Sinon tant pis, la Terre survivra bien sans nous :-)

  • On l'a cherché, on va casquer! le 02.08.2018 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Et dites-vous bien une chose, le jour où la calotte glacière aura complètement fondue, elle ne pourra physiquement plus se reconstitée l'hiver suivant. Le golfstream sera extrêmement perturbé, et s'arrêtera certainement. Et là, les climatosceptiques seront au même rang que les autres, tout le monde en prendra pour son grade! On a joué avec la nature en bombant le torse...elle va nous mettre une de ces claques par derrière comme peu le soupçonnent! Et c'est aussi socialement que çà va dégénérer! De grands conflits générélisés pour l'eau et des terres saines sont à prévoir...

  • RayV le 02.08.2018 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    Tout va très bien, madame la marquise ..

Les derniers commentaires

  • voiture le 02.08.2018 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Et avec la stratégie du "halte au Diesel", les gens se ruent sur les modèles essence qui rejettent plus de CO2. Motif il y a quelques années pour plutôt se ruer ver les Diesels... Mais tout le monde s'en fou, tant que la clim' marche à fond!

  • Cycliste le 02.08.2018 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Et l'Autriche autorise le 140 km/h sur les autoroutes, alors que toute l'Europe devrait suive l'exemple de la France est passer au 80Km/h. Et nous au Luxembourg nous povons interdire les SUV et grosses cylindrées dans nos villes. et importer beaucoup moins de produits manufacturés et alimentaires.

  • Cancoillotte le 02.08.2018 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Le pire est à venir, le permafrost à commencé à fondre.

  • Salace le 02.08.2018 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    Avions et gros bateaux.. point barre

    • Êtes-vous sûr le 02.08.2018 17:28 Report dénoncer ce commentaire

      En France, les émissions du transport représentaient 34% des émissions de CO2 de 2007. 93,6% de ces émissions sont le fait du transport routier, tandis que les missions des autres modes de transport sont négligeables en comparaison. Ainsi, le trafic aérien compte pour 3,3% des émissions du secteur des transports, le transport maritime pour 2,2% et le transport ferroviaire pour 0,4%.

  • Luna le 02.08.2018 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Début de la sixième extinction massive? Sans être alarmiste et rentrer dans des débats sans fin sur le Sud contre le Nord ou les US contre le reste du monde, le mieux est de continuer à minimiser notre impact comme on peut et espérer que certains êtres humains pourront survivre à terme. Sinon tant pis, la Terre survivra bien sans nous :-)