Aux États-Unis

02 avril 2021 07:57; Act: 02.04.2021 13:13 Print

George Floyd était mort à l'arrivée des secours

Le premier ambulancier arrivé pour secourir l’Afro-Américain a raconté jeudi devant le tribunal de Minneapolis l’avoir trouvé mort, avec plusieurs policiers «sur lui».

storybild

Un portrait de George Floyd à Minneapolis le 1er avril 2021. (photo: Getty Images via AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le premier ambulancier arrivé pour secourir l’Afro-Américain George Floyd a raconté jeudi devant le tribunal de Minneapolis l’avoir trouvé mort, avec plusieurs policiers «sur lui». «Quand je suis arrivé, il était mort, et quand je l’ai déposé à l’hôpital, il était toujours en arrêt cardiaque», a déclaré Derek Smith au quatrième jour du procès pour meurtre du policier blanc Derek Chauvin.

Le 25 mai, dans cette grande ville du nord des États-Unis, quatre agents ont voulu interpeller le quadragénaire noir soupçonné d’avoir écoulé un faux billet dans une épicerie. Pour le maîtriser, ils l’ont plaqué au sol, menotté, et se sont appuyés sur lui pendant plus de neuf minutes. Le plus expérimenté d’entre eux, Derek Chauvin, 45 ans dont 19 au service de la police de Minneapolis, a maintenu son genou sur le cou de George Floyd même une fois celui-ci évanoui, et jusqu’à l’arrivée d’une ambulance.

«Ce n’est pas bon signe...»

«Les agents étaient toujours sur lui quand je me suis approché», a raconté le secouriste Derek Smith, qui a immédiatement cherché le pouls de l’Afro-Américain au niveau de l’artère carotide. «Je n’en ai pas trouvé, j’ai pensé que le patient était mort.» Une fois dans l’ambulance, une machine a confirmé que son rythme cardiaque était «plat», a ajouté son collègue Zachary Bravinder. «Cela veut dire que le cœur ne pompait pas de sang, ce n’est pas bon signe…» Les deux hommes ont essayé de le ressusciter. «C’était un être humain, j’ai essayé de lui donner une seconde chance», a expliqué Derek Smith. Mais leurs efforts sont restés vains.

Derek Chauvin, qui encourt 40 ans de prison, plaide non coupable dans ce dossier qui a suscité des manifestations géantes contre le racisme et les violences policières de New York à Seattle, mais aussi Tokyo, Paris ou Sydney. Son avocat, Eric Nelson, assure qu’il n’a pas causé la mort de George Floyd et que ce dernier a succombé à une overdose. L’autopsie officielle a bien retrouvé des traces de fentanyl, un puissant opiacé de synthèse, dans le corps de l’Afro-Américain mais a identifié «la compression du cou» comme cause du décès.

(L'essentiel/afp)