États-Unis

02 décembre 2018 19:21; Act: 03.12.2018 17:24 Print

George H.W. Bush, héros de la guerre froide

Le 41e président américain s'est éteint vendredi. Il avait fait face avec doigté à la dislocation de l'URSS.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Il faisait partie des présidents qui, faute d'avoir été réélus, doivent sortir par la petite porte de l'histoire. Et pourtant, depuis son décès vendredi à l'âge de 94 ans, la magnitude des défis que le président George Bush a confrontés lorsqu'il occupait le Bureau ovale entre 1989 et 1993 revient en pleine lumière. Tout le week-end, les hommages ont afflué et Donald Trump a annoncé une journée de deuil national, le 5 décembre.

«Il a gouverné durant les quatre années les plus mouvementées de ma vie», se souvient Jussi Hanhimäki, professeur à l'Institut de hautes études internationales et du développement et spécialiste des États-Unis. «On a oublié à quel point les événements se sont succédé rapidement entre la chute du mur de Berlin en 1989 et la fin de l'Union soviétique deux ans plus tard. La principale réussite de ce président, c'est d'avoir su éviter une catastrophe majeure en accompagnant le processus».

«Le mieux préparé depuis la Seconde Guerre mondiale»

Face à la décomposition du bloc de l'Est, George Bush a deux hantises: voir l'URSS sombrer dans des conflits régionaux et les armes nucléaires soviétiques tomber en de mauvaises mains. Les premiers ne seront qu'extrêmement localisés et les secondes seront soumises à un mécanisme conjoint de contrôle. Pour Jussi Hanhimäki, «le mérite premier de l'ancien président est d'avoir évité une catastrophe».

Il faut dire qu'en prenant les rênes du pays, ce fils de bonne famille de la côte Est possédait un épais CV en matière de relations internationales. «George Bush était le président américain le mieux préparé pour cette fonction depuis la Seconde Guerre mondiale, à l'exception de Dwight Eisenhower», souligne le professeur. Vétéran du Pacifique, membre de la Chambre des représentants, ambassadeur aux Nations unies, envoyé en Chine populaire, directeur de la CIA et vice-président de Ronald Reagan, autant de rôles qui ont modelé son approche prudente des relations internationales.

Réélection ratée

«En tant que dernier président à avoir lui-même combattu, il a pris sa mission de commandant en chef très au sérieux», ajoute-t-il. La guerre, George Bush la déclenche en 1991 contre l'Irak, mais avec l'aval des Nations Unies, contrairement à son fils douze ans plus tard. Malgré ces succès en politique internationale, il ne parvient toutefois pas à être réélu alors que l'économie donne des signes d'essoufflement. Face au jeune et charismatique Bill Clinton, cet homme de dossiers plutôt réservé ne convainc guère. «Et les points marqués à l'étranger n'étaient plus d'aucune utilité une fois la guerre froide terminée», conclut Jussi Hanhimäki.

«Votre succès, c'est le succès de notre pays.» Cette phrase, griffonnée à la main sur un papier à en-tête de la Maison-Blanche, conclut une lettre adressée par George Bush à son successeur. Elle témoigne aussi d'une époque où la politique, aux États-Unis, n'avait pas encore pris les accents ultrapartisans qu'on lui connaît aujourd'hui.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Houston le 02.12.2018 21:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un président qui a géré et pas dirigé le pays et les crises pendant des temps de troubles. Mine de rien, ce monsieur a été un bon président. Quelqu'un qui ne s'est pas mis en avant, quelqu'un dont on n'a pas parlé ni en bien ni en mal. Mais quels danger a-t-il éloignés de nous, quels conflits a-t-il réussi à nous éviter. Justement il l'a fait sans grandes paroles. Finalement c'est là son grand mérite! RIP Mister Bush Senior!

  • Histoire le 02.12.2018 21:04 Report dénoncer ce commentaire

    Même je n'étais pas d'accord avec sa politique, il faut révéler un fait d'arme 'Le 2 septembre 1944, après une attaque des installations japonaises de l'île de Chi Chi Jima dans le Pacifique, un avion américain fut abattu et ses occupants furent tués sauf un officier qui parvint à se parachuter de l'avion en feu et fut secouru à temps par un sous-marin américain après avoir passé 4 heures sur un radeau gonflable. Cet officier était George Bush, qui deviendra plus tard président des États-Unis.'

  • Le Belge le 03.12.2018 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    Héro???

Les derniers commentaires

  • Le Belge le 03.12.2018 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    Héro???

  • Houston le 02.12.2018 21:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un président qui a géré et pas dirigé le pays et les crises pendant des temps de troubles. Mine de rien, ce monsieur a été un bon président. Quelqu'un qui ne s'est pas mis en avant, quelqu'un dont on n'a pas parlé ni en bien ni en mal. Mais quels danger a-t-il éloignés de nous, quels conflits a-t-il réussi à nous éviter. Justement il l'a fait sans grandes paroles. Finalement c'est là son grand mérite! RIP Mister Bush Senior!

  • Histoire le 02.12.2018 21:04 Report dénoncer ce commentaire

    Même je n'étais pas d'accord avec sa politique, il faut révéler un fait d'arme 'Le 2 septembre 1944, après une attaque des installations japonaises de l'île de Chi Chi Jima dans le Pacifique, un avion américain fut abattu et ses occupants furent tués sauf un officier qui parvint à se parachuter de l'avion en feu et fut secouru à temps par un sous-marin américain après avoir passé 4 heures sur un radeau gonflable. Cet officier était George Bush, qui deviendra plus tard président des États-Unis.'

    • Le Belge le 03.12.2018 08:09 Report dénoncer ce commentaire

      Un parmi des millions...qui ont fait leur boulot.